L’ARCEP préconise la mutualisation FTTH en zone très dense, pour les immeubles de moins de 12 logements

L’ARCEP préconise la mutualisation FTTH en zone très dense, pour les immeubles de moins de 12 logements
 
L’ARCEP continue de jouer son rôle d’accélérateur du déploiement des réseaux en fibre optique. Le mois dernier, l’ARCEP proposait déjà de réajuster la limite entre les zones denses et les zones moins denses, consultation qui s’achève lundi prochain. 
 
L’ARCEP met ce soir en consultation publique des recommandations pour faciliter la mutualisation des réseaux en fibre optique pour les immeubles de moins de 12 logements dans les zones très denses, ainsi que pour les locaux professionnels, en dehors des poches de basse densité.
 
Pour les immeubles de moins de 12 logements, en zone très denses, soit environ 1,5 millions de logements concernés, l’ARCEP note que peu de déploiements ont été effectués à ce jour, "faute de solutions standardisées entre les opérateurs". L’ARCEP recommande ainsi que le point de mutualisation puisse se situer à l’extérieure de la propriété privée. 
 
L’ARCEP estime que le point de mutualisation doit se situer à l’extérieur de la propriété privée. Elle propose ainsi "d’installer des points de mutualisation mono-fibre de 100 lignes pour les immeubles de moins de 12 logements ou locaux à usage professionnel des zones très denses". Elle souhaite ainsi d’éviter "la multiplication inutile d’armoires de rue, par une mutualisation renforcée des déploiements".
 
Cette mutualisation pourrait également se limiter à la partie intérieure des immeubles "lorsqu’ils regroupent au moins 12 logements ou locaux à usage professionnel ou sont accessibles par des réseaux d’assainissement visitables (tels que les égouts à Paris)."
 
Elle préconise également de mettre en place "un mécanisme de consultation préalable entre les acteurs, y compris les collectivités territoriales concernées".
 
La consultation publique est ouverte jusqu’au 13 décembre 2013.