L’Etat a demandé à 3 opérateurs télécoms de démonter leurs équipements chinois

L’Etat a demandé à 3 opérateurs télécoms de démonter leurs équipements chinois

 
BFM rapporte aujourd’hui que ce n’est pas la seule attaque du gouvernement contre les équipements chinois. En effet, il y a quelques mois, il avait demandé à trois opérateurs français qui s’étaient fournis chez ZTE et Huawei pour leur cœur de réseau, de démonter leurs équipements. Les trois opérateurs sont Orange (qui utilise Huawei à la Réunion et Mayotte), Outremer Telecom (qui utilise ZTE en Martinique, Guadeloupe, Guyane, Réunion et Mayotte), et Pacific Mobile Telecom (qui utilise Huawei en Polynésie). 
 
La réglementation française impose en effet que tout équipement de cœur de réseau, que ce soit pour le fixe ou le mobile, doit être agréé au préalable par l’Ansii, l’agence chargée de la sécurité des réseaux, ce qui n’est pas le cas de ZTE et Huawei.
 
Les opérateurs sus-cités utilisaient pourtant ce matériel depuis 2006 pour certains, malgré leur interdiction. Les constructeurs chinois qui ont fait la demande d’agrément, espéraient en effet l’obtenir, ce qui n’a jamais été le cas.
 
« Nous sommes déçus des conditions déloyales qu’on nous impose. Par exemple, nous avons des clients dans les DOM-TOM. Mais, fin 2012, le gouvernement a exigé que nous démontions nos coeurs de réseau mobile chez ces opérateurs sous prétexte qu’ils n’étaient pas conformes à une norme imposée par la législation française. Pourtant, ces équipements ZTE sont conformes aux standards internationaux et acceptés dans les autres pays européens. Seule la France considère qu’ils posent un problème. Sinon, nous sommes fournisseur secondaire de la box d’Orange en France. Et nous vendons 500.000 terminaux par an, soit de 2 à 5 % du marché en valeur. » a expliqué aux Echos Lin Cheng, le Vice-président responsable de la stratégie de ZTE