8000 emplois supprimés dans les Centres d’Appels : les syndicats mettent en cause Free Mobile

8000 emplois supprimés dans les Centres d’Appels : les syndicats mettent en cause Free Mobile
 
D’après le Journal Du Dimanche, les centres d’appels connaissent une crise sans précédent.
 
En cause un dégraissage massifs des contrats des trois opérateurs Orange, SFR et Bouygues et une activité en perte de vitesse de 400 à 500 millions d’Euros sur leur chiffre d’affaires 2013. Les "Call Centers" ont dû faire des économies sur les salaires qui représentent sur 80 % des coûts de fonctionnement.
 
Le Syndicat des professionnels des centres de contact (SP2C) estime à 8000 le nombre d’emplois qui seront supprimés dans le secteur sur les 55 000 salariés, soit 15% du secteur. 4000 ont déjà été supprimés en 2012, les syndicats estime une perte égale pour 2013.
 
D’après le président du SP2C, Laurent Uberti c’est un effet Free Mobile :
 
"Free a été une bombe pour nous, ils ne sont pas coupables, mais c’est un constat : leur arrivée a provoqué un véritable tsunami dans notre secteur."
 
Le syndicat met en exergue les ambitions d’Orange, SFR et Bouygues qui délocalisent à tour de bras leur Call Center en Afrique ou la main d’oeuvre est deux fois moins chère.
 
Pour Laurent Uberti, " la délocalisation des centres d’appels est irréversible."
 
Le ministère du Redressement productif a aussitôt réagi, estimant "ne pas avoir des chiffres aussi élevés." Il aurait au contraire convenu, au mois de juillet, avec les opérateurs, une augmentation de 60 % à 70% de la part des salariés en centres d’appels en France.