La mutualisation des réseaux Bouygues/SFR n’inquiète pas Orange

Bouygues et SFR l’annonçaient en début de semaine les deux opérateurs ont lancé des négociations concernant une possible mutualisation de leur réseau 2G/3G/4G en dehors des zones denses.

Interrogé par Zdnet à l’occasion de la conférence de presse des résultats de l’opérateur, le PDG d’Orange n’est pas inquiet :

"Nous sommes très en avances sur la concurrence en matière de 4G. Mais nous avons toujours pensé que ce type d’accord est légitime. C’est un élément de réponse à la concurrence et aux objets de consolidation. D’ailleurs nous la pratiquons nous-mêmes dans de nombreux pays européens. Nous n’avons donc pas de problèmes avec ça, nous ne prenons pas cette annonce comme une mauvaise nouvelle. Je pense toujours qu’il y a trop d’opérateurs en Europe et la mutualisation est un des moyens de la consolidation et de l’optimisation des conditions de concurrence."

Il y a quelques jours, le secrétaire général de SFR annonçait que le possible accord entre les deux opérateurs pourrait mettre 4 ans à se mettre en place. De quoi permettre au PDG d’Orange, d’anticiper un potentiel danger pour le numéro 1 du secteur :

"Nous ne connaissons pas encore le détail de l’accord et il y aura des épreuves à passer, notamment du côté de l’autorité de la concurrence qui a formulé des précisions très étroites."

Une des craintes d’Orange a déjà été dissipée, les deux opérateurs ne pourront exploiter que les bandes qu’ils ont obtenus préalablement. SFR ne pourra donc pas exploiter la bande 1800 MHz de Bouygues Telecom.