Mission Très Haut Débit : « Maintenir le cap FTTH en profitant des opportunités temporaires du VDSL2 »

Mission Très Haut Débit : « Maintenir le cap FTTH en profitant des opportunités temporaires du VDSL2 »

Le 02 juillet dernier la Mission Très Haut Débit avait été sollicitée afin de redéfinir les grands axes du déploiement Très Haut Débit compte tenu de la généralisation, à l’automne, du VDSL2 sur tout le territoire.

Si l’AVICCA, l’ Association des Villes et Collectivités pour les Communications électroniques et l’ Audiovisuel, note une amélioration des débits pour les lignes courtes, elle regrette l’absence de changement pour les abonnés en zone grise/blanche et l’accroissement de la fracture numérique. Le gain du VDSL2 n’est que trop localisé, bénéficiant aux abonnés qui avaient déjà une connexion satisfaisante.

La Mission Très Haut Débit a donc préconisé l’implémentation du VDSL2 dans environ 5000 NRA à l’automne et une « quasi-généralisation » sous deux ans. La mission a également préconisé un réaménagement des NRA via le fibrage des sous-répartiteurs et d’armoires pour y installer les DSLAM des opérateurs et permettre ainsi une plus grande démocratisation de cette technologie.

Elle estime ainsi que le réaménagement de la boucle locale est un coût perdu (estimé à plusieurs centaines d’euros par ligne). Par contre, elle pertinente si le FTTH n’est pas prévu à court terme et si les infrastructures en fibre optique déployées pour raccorder le nouveau NRA sont réutilisables.

En cas de choix entre le déploiement FTTH et le VDSL2, la Mission Très Haut Débit préconise de tenir compte des contraintes de délais de mise en œuvre, de la couverture potentielle atteignable en très haut débit et des coûts à prévoir pour le réaménagement des lignes.