Les Européens autant attirés par les débits que par les prix

D’après la dernière étude réalisée à l’échelle de l’UE, 45 % des 27 786 ménages Européens interrogés, ont déclaré qu’ils souhaitaient passer à une catégorie supérieure d’abonnement Internet, ou changer de fournisseur pour bénéficier d’une connexion plus rapide. Cette étude montre également que 40 % des utilisateurs ont déclaré avoir eu des difficultés à accéder à du contenu et des applications en ligne en raison d’une vitesse ou de capacité de téléchargement insuffisante.

Pour Neelie Kroes, vice présidente de la Commission Européenne : « les consommateurs se préoccupent de plus en plus de savoir si leur connexion Internet est assez rapide pour regarder des vidéos par exemple et, pour ceux qui gèrent une entreprise de chez eux, la vitesse constitue aussi un facteur de compétitivité. Désormais, lorsqu’ils font leur choix, les consommateurs s’intéressent autant à la vitesse qu’au prix».

Côté mobile, 20 % des utilisateurs ont déclaré avoir eu des difficultés à accéder à du contenu en ligne ou vu leurs applications bloquées sur leur portable. Si 54 % des ménages limitent leurs appels nationaux et internationaux en raison du coût, en revanche, 34 % des adultes utilisent des services d’appel VOIP.

Un sondage qui donne du grain à moudre pour Neelie Kroes en guerre contre le Roaming Européen, qu’elle veut abolir : «Nous vivons à l’ère du téléphone intelligent et les services mobiles de haute qualité sont essentiels à la vie quotidienne. Il est inacceptable que la moitié de la population limite ses appels téléphoniques pour des questions de coût et il est inacceptable que l’absence de marché unique connecté justifie ces restrictions».

L’internet mobile se développe néanmoins dans les usages des consommateurs avec 44 % des ménages européens qui disposent d’un abonnement avec une offre data. (30% en 2012). 45 % des ménages vont jusqu’à coupler une offre quadruple play ( Internet, Tv, téléphonie fixe et téléphonie mobile). Parmi eux 40 % de ces abonnés ont envisagé de changer de forfait mais 29 % d’entre eux ont déclaré qu’il n’était pas facile de comparer les conditions d’offres couplées.