Stéphane Richard est intervenu auprès de Neelie Kroes pour que le tarif du dégroupage ne baisse pas

Stéphane Richard est intervenu auprès de Neelie Kroes pour que le tarif du dégroupage ne baisse pas
 
En octobre 2011, la commissaire européen Neelie Kroes avait proposé de faire baissé le coût de l’accès à la boucle locale cuivre, puisque ce réseau est déjà amorti. Elle estimait alors que si les opérateurs historiques n’investissent pas suffisamment dans la fibre, c’est par ce qu’ils profitent de la rente issue du réseau cuivre. Si la moyenne des tarifs de gros de cette boucle locale est de 8,69 euros, il existe de gros écarts entre les pays, de 5,21 euros en Lituanie à 12,41 euros en Irlande. Or « la Commission n’est pas convaincue que ces différences importante entre les pays puissent s’expliquer uniquement par des variations de couts sous jacents » avait-t-elle précisé à l’époque. Neelie Kroes avait lancé à cet effet deux consultations publiques sur les conditions d’accès à la boucle locale.
 
Malheureusement ce projet n’a toujours pas avancé. Le magazine Capital, explique, dans son dossier « Les 200 qui bloquent la France », que Stéphane Richard est intervenu auprès de Neelie Kroes, afin que cela ne soit pas mis en place tout de suite. « Du coup, Orange continuera de prélever une rente de 8,80 euros par mois et par abonné sur les forfait ADSL que les français souscrivent chez Free, Bouygues ou SFR. Dommage, ces derniers auraient pu réinvestir dans la fibre ou le rétrocéder au consommateur » conclut Capital
 
Source : Capital