Stéphane Richard : Le contrat d’itinérance avec Free Mobile « ne se prolongera pas »

Stéphane Richard : Le contrat d’itinérance avec Free Mobile « ne se prolongera pas »

 
Il réfute tout d’abord les conclusions de l’étude de deux économistes, commandée par Free, qui estime entre 16 000 et 30 000 le nombre d’emplois créés grâce à l’arrivée d’un quatrième opérateur. « Sur le secteur, les suppressions de postes sont certaines. Le raisonnement de l’étude commandée par Free selon lequel les prix bas libèrent du pouvoir d’achat et permettent la création de 16.000 à 30.000 postes est faux. Nous voyons bien en cette période de crise que les Français épargnent beaucoup plus et s’ils consomment plus, ce sont pour acquérir des produits manufacturés hors de France. » explique-t-il.
 
Et de poursuivre « Le timing de la décision de faire entrer un quatrième acteur sur le marché du mobile a été catastrophique. Lancer un opérateur avec une stratégie de guerre des prix sur un marché saturé, c’était prendre un risque énorme sur le tissu industriel. Regardez l’impact sur Bouygues et SFR avec leurs plans sociaux mais aussi sur les sous-traitants ou les équipementiers comme Alcatel-Lucent. »
 
Concernant l’accord d’itinérance qu’orange à signé avec Free, Stéphane Richard indique quelle « reste temporaire en attendant qu’Iliad –la maison-mère de Free– installe son propre réseau. Ça ne se prolongera pas, sinon Free n’est plus un opérateur, c’est un opérateur virtuel (MVNO). »
 
Stéphane Richard affirme par ailleurs : « Nous n’avons pas attendu Free pour connaître la concurrence. C’est une réalité depuis vingt ans et nous n’avons jamais été en situation de monopole sur le mobile. Le marché était déjà concurrentiel avant Free. »