Le plan télécom du gouvernement va-t-il faire grimper le prix des forfaits mobiles ?

Le plan télécom du gouvernement va-t-il faire grimper le prix des forfaits mobiles ?
Suite à l’annonce des mesures du gouvernement pour le secteur des télécoms, les réactions ont été multiples et parfois contradictoires, mais beaucoup de commentateurs s’accordent sur un point : le prix de forfait devrait cesser de baisser voire même augmenter. A la lecture des différentes propositions, il est clair que la priorité du gouvernement n’est pas de favoriser le pouvoir d’achat mais l’investissement et l’emploi. 
 
Concernant l’emploi, le gouvernement entend privilégier « l’accroissement de la qualité de service dans la relation client, qui serait susceptible de générer de l’emploi dans ce secteur, par exemple au travers d’offres « premium ». Par ailleurs le critère emploi sera pris en compte dans l’attribution des fréquences. Un label devrait même être attribué aux opérateurs qui respectent un niveau minimal d’emplois localisés en France dans la relation client au sein de son entreprise ou de ses sous-traitants.
 
Sur ce point, Free Mobile fait office de bon élève puisque la quasi totalité de son service client est localisé en France et toutes les embauches prévues se feront également en France. Ces mesures annoncées ne devraient donc pas avoir d’impact sur les tarifs mobile de l’opérateur.
 
Concernant l’investissement dans mobiles, les opérateurs seront surveillés par un observatoire des investissements dans les réseaux mobile. La première publication, d’ici la fin du mois d’octobre, portera sur le déploiement des réseaux des opérateurs en 3G à la fin du 3ème trimestre 2012. Cet observatoire intégrera ensuite, progressivement, d’une part, les déploiements en très haut débit mobile (4G) et, d’autre part, les montants d’investissements des quatre opérateurs mobiles sur la base d’une nomenclature commune.
 
Si c’est Free Mobile qui est visé en premier par cette mesure, cela va cependant inciter tous les opérateurs à investir davantage puisque les opérateurs historiques n’ont souvent pas respecté les délais de déploiement inscrits dans leurs licences. Dans tous les cas, ces mesures devraient accélérer le déploiement et donc coûter lus cher aux opérateurs à court terme. Il reste encore à savoir si ces investissements seront répercutés sur le prix des forfaits. Une chose est sûre cependant, Free devra investir plus que ses concurrents puisque ses derniers disposent déjà de leur réseau.