Free Mobile : Une guerre des prix destructrice ou une réelle concurrence ?

Free Mobile : Une guerre des prix destructrice ou une réelle concurrence ?


Nous vous en faisions l’écho, l’Idate pronostique un recul violent des marges des opérateurs avec l’arrivée de Free. Partant de ce constat, Didier Pouillot, spécialiste de l’économie des télécoms à l’Idate estime « qu’avec Free Mobile, soit on va vers une guerre des prix destructrice, soit les opérateurs reprennent l’initiative ».

 
Comme d’autre, Didier Pouillot estime que le secteur se destine à la concentration : « L’ouverture des marchés mobiles, en particulier à l’occasion de l’attribution des licences 3G au début des années 2000, était conduite dans un contexte de développement très différent de celui que l’on connaît ces dernières années. On assiste plutôt aujourd’hui à des regroupements, avec des consolidations déjà aux Pays-Bas, au Royaume-Uni, en Autriche et qui devraient se poursuivre en Allemagne, en Belgique, en Suisse… »

 
D’autre part, si les prix baissent notamment grâce à l’impact de Free sur le marché du mobile il reste « des marges de progrès en matière de différenciation, pour répondre à des besoins variés à travers des offres aux contenus et niveaux de qualité plus discriminés. L’introduction du très haut débit dans le fixe, et de la 4G dans le mobile, doit être l’occasion d’une nouvelle expression de la concurrence entre les opérateurs, et d’offres différenciées pour les différentes catégories de consommateurs ». Ainsi, on comprend mieux pourquoi les opérateurs historiques se lancent dans l’aventure du très haut débit mobile.

 
Et concernant la baisse des marges des opérateurs concurrents de Free induite par la baisse des tarifs, « soit on va vers une guerre des prix destructrice. Soit l’entrée de Free pousse certains opérateurs à reprendre l’initiative dans le développement d’offres innovantes. On a le sentiment que les concurrents de Free semblent s’engager à marche forcée vers le déploiement de réseaux de nouvelle génération, HSPA+ ou LTE selon les cas. Les contraintes économiques devraient dans le même temps les inciter à rechercher à rationaliser au mieux leur effort, à travers différentes formes de partage, co-investissement, etc » explique Didier Pouillot.

 
En somme, l’arrivée d’un quatrième opérateur pousse à la fois à la baisse des prix et à l’innovation technologique.
 

Source : zonebourse