Polémique à propos d’une association qui déconseille de choisir Free Mobile

Polémique à propos d’une association qui déconseille de choisir Free Mobile
Problèmes de portabilité, de communication entre 18h et 20h ou encore deux black out de quelques heures, les débuts de Free Mobile n’ont pas été exempts de difficultés. Depuis début avril cependant, ces problèmes de jeunesse ont été en grande partie résolus. Une amélioration confirmée par Maxime Lombardini ou encore Thomas Reynaud. Pour autant, le MUNCI, une association professionnelle des informaticiens, a relancé la polémique en annonçant publiquement qu’elle « déconseille l’opérateur FREE MOBILE à ses membres »
 
Elle affirme sur son site que « contrairement à ce qu’annonce la propagande de Free largement reprise dans la presse (qui prend souvent, toutefois, des précautions utiles…), certains problèmes perdurent pour un certain nombre d’abonnés à Free Mobile dans les zones d’itinérance… à commencer par certains adhérents du MUNCI qui nous le signalent depuis un certain temps déjà ! ». Et de citer de bugs que peuvent rencontrer certains abonnés :
  • des correspondants ne parviennent pas à joindre l’abonné Free Mobile (plusieurs tentatives sont nécessaires…)
  • la messagerie de l’abonné Free Mobile est systématiquement injoignable (les correspondants tombent à la place sur un message d’indisponibilité de l’opérateur ou sur une sonnerie occupée…)
  • des SMS/MMS arrivent longtemps après leur envoi
  • une 3G… souvent en bas débit !
Ce week end, La Tribune s’étonnait déjà de cet engagement prit par l’association : "L’auteur de ce billet, non signé, est-il un client de Free Mobile déçu ? Ou bien se cache-t-il derrière cette plume un salarié d’un opérateur concurrent souhaitant relancer la polémique sur le réseau du nouvel entrant ? (…) Ce qui peut sembler curieux de la part d’une organisation professionnelle, qui n’a pas vocation à jouer les associations de consommateurs…" 
 
Ce à quoi le MUNCI a répondu « Il est vrai que nous n’avons pas vocation à jouer les associations de consommateurs mais nous avons aussi le devoir d’informer et d’alerter quelquefois nos membres et visiteurs sur les enjeux de consommation ou sociétaux liés à l’économie numérique. » et de préciser que « parmi les membres de notre bureau (mais aussi parmi d’autres membres de l’association), nous confirmons qu’il y a effectivement des clients déçus de Free Mobile ! »
 
Toutefois, même si les problèmes évoqués sont réels pour certains abonnés, on peut s’étonner de voir une association invitant ses membres à ne pas choisir tel ou tel opérateur, qui plus est lorsqu’il ne s’agit pas d’une association de consommateurs. Cela est d’autant plus troublant que l’association publie un lien vers sa revue de presse concernant Free Mobile, qui ne reprend que des articles à charge contre l’opérateur, sans apporter de démentis quand il s’est avéré que les informations étaient fausses et propoagées par les concurrents de Free Mobile (comme pour la couverture du réseau).
 
Le mieux est certainement que chacun se fasse sa propre opinion et ses choix en conscience…