L’Hadopi dresse le bilan de son action sur le téléchargement illégal

L’Hadopi dresse le bilan de son action sur le téléchargement illégal

17 mois après l’envoi du premier mail de la réponse graduée, l’Hadopi dresse le bilan de son action contre le téléchargement illégal et constate des effets sur celui-ci. Elle note également une évolution sur la situation des perspectives des offres culturelles en ligne.

 
Annonçant un net recul du téléchargement illégal en P2P, la haute autorité ne peut pour autant pas attester d’un report massif des usages vers les technologies de streaming ou de téléchargement direct. D’autant que la fermeture récente de Mégaupload ne permet pas d’évaluer les conséquences en matière de téléchargement.

 
La Haute autorité se félicite tout de même d’un accroissement des offres légales « La labellisation des offres ouvre de nouvelles opportunités et répond à un besoin. Inégales mais mal connues, les offres légales présentent un fort potentiel de développement qui appelle un travail en profondeur largement engagé, et le recours à l’innovation » note la Hadopi.

 

La réponse graduée :
Entre octobre 2010 et décembre 2011, 65 848 personnes concernées par une procédure de réponse graduée ont contacté l’Autorité. Parmi celles-ci, 6% des abonnés ont contacté l’Hadopi après le premier avertissement, 25% d’entre eux l’on fait après la deuxième recommandation et enfin, 71% ont attendu la troisième phase de la réponse graduée pour contacter l’instance.

 

Alors que la majorité des internautes ciblés par la Hadopi réagissent en dernier recours, les chiffres du téléchargement illégal sont en recul. Cela dit, la baisse varie du simple au double. Un ensemble de sources indique que l’usage du P2P en France n’a cessé de diminuer en 2011, dans des proportions variant selon les sources et les méthodes utilisées.