Le déploiement de réseaux très haut débit est orienté à la baisse en 2012

Dans son dernier communiqué de presse, l’Avicca annonce que selon les estimations des industriels de la fibre optique, regroupés dans le syndicat professionnel Sycabel, le déploiement de réseaux très haut débit est orienté à la baisse en 2012 par rapport à 2011, alors même qu’il faudrait quintupler le rythme actuel pour tenir les objectifs nationaux.
 
Devant les représentants de 150 collectivités territoriales, les défis industriels à relever ont été listés. Il s’agit notamment de former 20 000 personnes qualifiées, en mettant en place des plateformes régionales. La France est le premier producteur de fibres optiques en Europe, et le passage au très haut débit nécessitera 3 000 000 de km de câbles. Mais aujourd’hui les industriels déplorent « un rythme de déploiement faible et irrégulier qui fragilise la filière » et ils en appellent à un « sursaut national ».
 
Yves Rome, Président de l’AVICCA, qui regroupe 228 collectivités françaises impliqués dans l’aménagement numérique du territoire, a constaté de grandes convergences avec les demandes des industriels : renforcement du pilotage national, mise en place d’une péréquation et d’un financement pérenne, contrats entre opérateurs, collectivités et Etat sur la base des Schémas directeurs territoriaux d’aménagement numérique (SDTAN).
 
Trente huit départements sont aujourd’hui couverts par un SDTAN (Schéma directeur territorial d’aménagement numérique), une vingtaine d’autres devraient l’être dans les trois mois. Le passage au très haut débit est à la fois un enjeu d’emploi industriel et d’aménagement du territoire pour la France.