Free Mobile : Orange, SFR et Bouygues Télécom cassent leurs prix pour leurs meilleurs clients

Free Mobile : Orange, SFR et Bouygues Télécom cassent leurs prix pour leurs meilleurs clients


En catimini, les opérateurs historiques cassent leur prix pour leurs meilleurs clients. Selon Les Echos, Orange, SFR et Bouygues Télécoms proposent des offres commerciales aux cas par cas lorsque leurs meilleurs clients ont leur engagement qui arrive à leur fin.

 
Si l’on en croit les indications de Stéphane Richard, 1,5 millions de personnes auraient déjà leur carte SIM Free Mobile. Face à cette érosion, les opérateurs historiques ont activés leur plan d’urgence et mis en place des cellules spécialisées avec une marge de manœuvre commerciale plus importante histoire de séduire les meilleurs abonnés qui arriveraient en fin d’engagement.

 
Après la baisse de leurs abonnements SIM Only dans les premiers jours puis ceux de la quadruple play ensuite sans oublier quelques séries limitées alléchantes, Orange SFR et Bouygues utilisent un autre atout sortie de la botte. En catimini les prix proposés aux meilleurs clients sont revus à la baisse. Cette dernière stratégie a été avouée par Stéphane Richard lors d’un entretien avec des consultants de l’institut Xerfi « Beaucoup de gens disent qu’ils vont quitter leur opérateur, mais ils ne le font pas parce qu’ils se retournent vers leur opérateur. Et celui-ci a une stratégie pour les garder, y compris en baissant les prix ou en leur offrant d’autres choses. »

 
Mais la parade d’un nouveau terminal en échange d’un engagement nouveau va-t-elle suffire à résister à l’ouragan Free Mobile ? C’est en tout cas le travail des cellules de rétention qui identifient les clients en fin d’engagement : « Quand un client entre en période de fragilité, c’est-à-dire trois à quatre mois avant que son engagement prenne fin, alors l’opérateur est pro-actif et téléphone à l’abonné en lui proposant une offre. Mais celle-ci n’est pas dans le catalogue officiel. Les cellules de rétention disposent d’un certain degré d’autonomie commerciale, afin de répondre à une demande spécifique » a expliqué Stéphane Dubreuil, directeur SIA Conseil au quotidien.

 
Au final, les opérateurs historiques tablent sur la stratégie du subventionnement du terminal pour faire face au nouvel entrant tout en jouant à demi-mot sur le levier prix. N’hésitez pas à nous faire part de vos témoignages sur le sujet dans les commentaires si vous avez été contacté par l’un des trois opérateur.

 

Source : Les Echos