Itinérance 3G : Free Mobile serait-il le vrai low-cost d’Orange ?

Itinérance 3G : Free Mobile serait-il le vrai low-cost d’Orange ?


Ce matin, les élus ont auditionné Stéphane Richard. Parmi le grand nombre de questions posées, nombreuses se sont concentrées sur l’accord d’itinérance 3G entre Orange et Free. Se faisant l’écho des déclarations de M. Frank Esser s’en prenant à Orange, accusé de facilité les prix bas de l’offre mobile de Free grâce à l’accord d’itinérance, Stéphane Richard a réfuté les dires de son concurrent.

 
Lorsque Free a postulé pour la quatrième licence, les accords ont porté sur l’itinérance 2G et pas sur la 3G. A l’époque, le régulateur n’avait pas évalué l’importance de la 3G. Selon Stéphane Richard, d’une façon ou du autre Free aurait obtenu un accord d’itinérance 3G notamment dans le cadre du règlement d’un différend avec le régulateur : « Nous avons pensé que ce droit arriverait d’une façon ou d’une autre. En terme d’image on n’est pas taxé de fermé l’arrivée du 4ème opérateur mobile » a-t-il expliqué.

 
Au sujet de l’accord, le PDG de France Télécom a évoqué la clause de confidentialité du contrat passé entre Free et Orange tout en affirmant que Free Mobile n’a aucun avantage et que le contrat d’itinérance est dans les tiroirs de l’Arcep. Ainsi, il a réfuté le fait que Orange et Free pourraient fausser la concurrence. Pour lui, Free tire ses prix vers le bas grâce à ses avantages de nouvel entrant sur la terminaison d’appel et de SMS.

Dans son analyse des prix proposés par Free, Stéphane Richard a expliqué que Free Mobile compte tirer son épingle du jeu avec la terminaison d’appel et de SMS. S’il a jugé normal que le nouvel entrant profite d’avantages asymétriques pour la voix, il en est tout autre pour le SMS.

 

Nous vous en parlions hier, Free souhaite profiter d’une terminaison du SMS à 2,85 centimes d’euros le SMS. Ce souhait est jugé inacceptable pour Orange. Dans son calcul, Stéphane Richard estime qu’à ce tarif, le forfait à 19,99€ proposé par Free serait financé par ses concurrents à hauteur de 10€.

 
Pour conclure, Stéphane Richard a confirmé qu’il n’y a pas de « duopole » entre Orange et Free : « Il n’y a pas d’accord stratégique entre Free et Orange mais une compétition acharnée ». Il a également ajouté que « Franck Esser ne connait pas le contrat d’itinérance et ses conditions, il fait un procès d’intention ».