SFR a-t-il les ressources pour répondre à la guerre des prix promise par Free ?


Euro TMT s’interroge sur la capacité de SFR à affronter l’arrivée concurrentielle du quatrième opérateur. Pour appuyer son hypothèse, le journal des Télécoms, Technologies et Médias fait le parallèle avec l’arrivée de Bouygues Télécom.

 
En 2009, la filiale de Vivendi a su s’adapter rapidement a l’offensive de Bouygues Télécom dans le secteur du haut débit. Cela dit, la marque au carré rouge avait parié sur le fait que Bouygues Télécom allait s’essouffler mais cela ne s’est pas produit. Euro TMT note même que l’inverse s’est produit et que « sa seule initiative notable en 2011 aura été de signer deux accords full MVNO avec Virgin Mobile, puis NRJ Mobile, une décision prise après la perte du contrat d’itinérance demandé par Free ».

 
Au regard des résultats de la filiale de Vivendi, l’année 2011 illustre un certain essoufflement notamment dans le haut débit d’autant qu’Euro TMT estime que sa stratégie de fidélisation de sa base d’abonnés mobiles n’a pas payé. A nuancer tout de même puisque SFR a connu une forte progression de son taux de clients postpayés (76,6% fin septembre, contre 72% en 2009) même si cette hausse ne s’est pas traduite dans son chiffre d’affaires et dans les marges de son activité mobile.

 
Source : Euro TMT