Gros Plan : Les socles de la Freebox révolution (Vidéos)

Gros Plan : Les socles de la Freebox révolution (Vidéos)

Free avec la Freebox v6 a comme ambition de révolutionner certains domaines de notre vie domestique en commençant par celui du design.

S’associer avec un designer – créateur – de renon comme Philippe Starck pour un produit de masse est une première. Free n’a eu de cesse depuis le lancement de la Freebox en 2002 de s’améliorer dans tous les domaines qui la concernent : alimentation, dissipation, sonorisation, Services Clients, services TV, débit, etc Il lui manquait une corde à son arc : le design. 

On aime ou pas mais pour la box la plus connue de l’hexagone c’est Philippe Starck qui a insisté pour lui associer des socles. La Freebox peut ainsi être mise en avant comme produit décoratif, artistique.

Le conditionnement
 :

Les boites sont vierges à l’exception de l’intérieur qui contient le mode d’emploi.

Les socles : 

Les socles sont en aluminium de très bonne qualité. Ils pèsent 520 grammes chacun et coûtent 30 euros pièce.

Ces derniers permettent de positionner la Freebox serveur et player de trois manières : horizontale, verticale et "aérienne", ce que nous appellerons "artistique" : Cela donne l’impression que la Freebox flotte…

Le montages et les positions de la Freebox
 :
 

Le montage n’est pas difficile mais il demande de ne pas se précipiter. En effet, les trous qui ont une rainure sont étroits et nous vous recommandons d’y aller doucement pour placer votre Freebox au risque de l’endommager si vous forcez.
 

 

Tellement inutile mais tellement utile 🙂 Chacun trouvera ses arguments : pour ou contre la nécessité de posséder ces socles.

Concevoir une box grand public comme un produit artistique, un objet à exposer chez soi est un risque qu’a pris Free. Ce dernier semble fonctionner au vu des délais d’attente pour recevoir la V6 et la queue chez UPS (45 min) pour récupérer les socles : que des clients V6 !

La force de Free est de prendre des risques et pour souligner son un clin d’oeil à Magritte sur sa page d’accueil, "Ceci n’est pas un téléphone portable" :