La recherche et développement chez Free en 2010 : 6,13 millions d’euros et 17 brevets

Le document de référence du groupe Iliad remit mercredi à l’Autorité des MarchésFinanciers, présente le secteur recherche et développement chez Free. Si Free est le seul opérateur français à développer ses box et ses DSLAM, il ne dispose que d’une équipe de recherche réduite avec seulement 22 salariés. Pour autant, le groupe a déposé 17 brevets dans les domaines de la fibre optique de la distribution de flux multimédia et de la transmission de données par courants porteurs en ligne CPL, au cours de l’année 2010.
 
La société Iliad supporte des frais de recherche et développement de même que les sociétés Freebox, Free, Free Infrastructure et Free Mobile qui engendrent au niveau du Groupe des coûts de recherche et développement incluant les coûts de création de produits nouveaux, les adaptations des produits existants à Internet, la conception de réseaux de type ADSL, fibre optique ou Mobile, les recherches ou les créations de bases de données pour les nouvelles applications, ainsi que les développements marketing adaptés aux nouveaux produits.
 
La politique de recherche et développement du Groupe a été initialement structurée autour de deux objectifs : offrir des services différenciés aux abonnés grâce à des matériels dédiés et réduire les coûts liés à la construction et l’exploitation de son réseau.
 
C’est dans cette optique que Freebox S.A.S. élabore les modems et décodeurs Freebox ainsi que les DSLAM Freebox installés par Free. De même, Free Infrastructure conçoit des équipements adaptés facilitant le déploiement d’un réseau de type fibre optique dans le respect de la réglementation imposée par l’Arcep, et Free Mobile, un réseau Mobile tout IP nécessitant d’importants développements sur les équipements (et logiciels) d’accès au niveau du coeur de réseau.
 
Le Groupe entend en effet continuer à développer en interne, à la fois l’architecture des équipements destinés à l’exploitation de son réseau et à la fourniture des services à ses abonnés, ainsi les applications logicielles, basées sur des logiciels « libres » de type Linux, utilisées par chaque société du Groupe.
 
Les équipes en charge des activités de recherche et développement au sein du Groupe ont été regroupées sur les sociétés Freebox S.A.S., comprenant 24 salariés, dont 23 salariés affectés à l’activité de recherche et développement.
 
Au sein des effectifs des sociétés suivantes, la répartition des salariés affectés aux activités recherche et développement se présente comme suit :
  • Free Mobile S.A.S. : 18 salariés,
  • Free Infrastructure S.A.S. : 2 salariés,
  • Free S.A.S. : 1 salarié,
  • Iliad S.A. :1 salarié.
Le Groupe a consacré 6,13 millions en 2010, contre 1,8 million d’euros en 2009 et 1,6 million d’euros en 2008 à des travaux d’études et de recherches portant principalement sur les activités Haut Débit, Fibres Optiques et Mobile (cf. Note 7 des annexes aux comptes consolidés).
 
La politique de recherche et développement du Groupe vise à assurer le développement d’architectures réseaux et de solutions logicielles adaptées à une offre et un besoin ciblés ainsi que des matériels correspondants aisément assemblables par des constructeurs tiers, dans les meilleures conditions financières.