Vivendi : la nouvelle fiscalité sur la triple play est une “idée déplorable”.

 

Hier, lors de la conférence de presse d’Iliad, Maxime Lombardini a affirmé que le gouvernement se servait des recommandations de la Commission Européenne comme "prétexte" pour modifier la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) sur les offres triple play.

 

Jean-Bernard Lévy, président du directoire de Vivendi (SFR) s’est lui insurgé sur cette nouvelle taxe : "augmenter la TVA sur le triple play est une idée déplorable".

 

Interviewé par le journal Les Echos à l’occasion de la publication de ses résultats semestriels de ce matin, le président du directoire se félicite de l’augmentation de son chiffre d’affaire sur les six premiers mois de 2010 : une progression de 6,1% à près de 14 milliards d’euros.

 

Le résultat opérationnel ajusté du groupe a bondi de 11,9% à plus de 3,2 milliards d’euros. Tiré par les jeux d’Activision Blizzard, les opérations de SFR et l’intégration de GVT (opérateur brésilien), Jean Bernard Lévy est confiant malgré un contexte économique difficile et la mise en place probable d’une nouvelle fiscalité.

 

Pour la deuxième moitié de l’exercice 2010, le président du directoire de Vivendi va relever ses prévisions pour l’ensemble de l’année. En France, SFR vient de racheter un bloc de fréquences et outre atlantique le groupe Vivendi vient de s’engager pour 10 ans avec les développeurs du jeu Halo.

 

Grâce à la cession des parts dans NBC Universal, Vivendi va toucher 2 milliards de dollars à la fin septembre, puis 3,8 milliards de dollars à la conclusion de l’opération. Un gain qui permettrait la détention à 100% des actifs français.

 

Interrogé sur le sujet des projets d’augmentation de la TVA appliquée à l’offre téléphonie, Internet et TV, Jean-Bernard Lévy a jugé cette idée déplorable : "Je rappelle que le numérique est le moteur de croissance et de la création d’emplois dans de nombreux pays. Je m’élève une nouvelle fois contre toute nouvelle hausse des impôts qui ne ferait qu’accélérer le déclin de nos parts de marché dans le numérique et la fuite des cerveaux, et qui déstabiliserait notre industrie cinématographique, la deuxième du monde."

 

Outre le lancement en décembre dernier avec Youtube et Sony musique sur Internet Vevo aux Etats-Unis qui s’est immédiatement installé comme le premier site de "streaming" de musique aux USA, le groupe pourrait souffrir d’une faible diversification dans le domaine de la télévision gratuite en France. Avec iTélé, Vivendi à un pied dans l’audiovisuel gratuit même si Canal + est le leader de la télévision payante.

 

Source Les Echos