Le CSA met en garde Direct 8 pour publicité clandestine

Le CSA met en garde Direct 8 pour publicité clandestine
Si le placement de produits dans les séries télévisées a été légalisé, le CSA est cependant là pour veiller au grain et que les programmes concerné ne soit que prétexte uniquement à valoriser un produit. C’est ainsi qu’il a fermement mis en garde Direct 8 à la suite de la diffusion, du 19 au 30 avril 2010, d’une fiction intitulée Ma Super Croisière.
 
Selon le CSA, ce programme ne saurait être considéré comme faisant l’objet de placement de produit, même s’il est identifié au début et à la fin de sa diffusion comme comportant un tel placement avec le pictogramme prévu à cet effet par le Conseil.
 
Cette série de huit épisodes, coproduite par Direct Productions et une société organisant des croisières, met en scène le tournage d’une publicité par une agence pour cette société sur l’un de ses paquebots. Elle est notamment interprétée par les animateurs de Direct 8. 
 
Le CSA estime que cette fiction met en avant de manière totalement injustifiée les marques et services de la société organisatrice et de l’agence : le titre de l’émission reprend le logo, les initiales et la typographie de la marque de la société concernée ; l’essentiel des scènes a lieu sur le paquebot de la société, dont les nombreux plans de coupe montrent régulièrement les atouts, le nom, la marque ainsi que les prestations qu’il met à la disposition des passagers ; chaque escale fait l’objet d’une mise en valeur appuyée, faisant la publicité du circuit réalisé par cette croisière en Méditerranée ; la série fait également la publicité de l’agence, en montrant régulièrement son logo lors de chaque épisode, mais aussi en valorisant la créativité de son vice-président, l’efficacité et la rapidité de la campagne produite.
 
Compte tenu de tous ces éléments, ce programme constitue une publicité clandestine prohibée par l’article 9 du décret n° 92-280 du 27 mars 1992 modifié relatif à la publicité, au parrainage et au téléachat.