En attendant la fibre : La technologie cuivre VDSL peut-elle profiter aux zones moins denses ?

En attendant la fibre : La technologie cuivre VDSL peut-elle profiter aux zones moins denses ?

 

Il y a quelques jours, nous vous annoncions les intentions du gouvernement sur le déploiement de la fibre optique.

 

Le président de la République a définit l’objectif de 2025 pour la couverture totale du territoire mais en attendant, les zones rurales souffrent le plus de la fracture numérique.

 

Trois solutions techniques sont envisageables pour parer ce problème :

 

– La transformation d’un sous-répartiteur en NRA-Zx : la téléphonie reste gérée au NRA mais tous les opérateurs doivent aller au NRA-Zx (sous répartiteur modifié en NRA-ZX) baptisé NRA Haut Débit, NRA Haute éligibilité, NRA Zone d’ombres, peut-être NRA Zones grises… Une solution technique qui pourrait être développée par France Télécom via une "offre de gros" au catalogue FT, permettant à un opérateur tiers de le faire.

 

– Le dégroupage de la sous boucle ou bi injection est une obligation issue des directives européennes qui permet à n’importe quel opérateur d’implanter ses équipements au niveau de la boucle NRA ou de la sous boucle du sous-répartiteur. Ainsi, il n’y a plus de critères d’éligibilité définis par FT.

 

– Le déport de DSLAM et opticalisation de la liaison NRA-SR : les DSLAM restent au NRA et les signaux de tous les opérateurs sont injectés au SR par des équipements nécessitant moins de travaux et de fonctionnement.

 

Les solutions envisagées :

 

L’Arcep étudie le NRA-Zx et France Télécom pencherait pour la solution bi-injection afin "d’apporter le très haut débit dans des zones peu denses comme les territoires ruraux. Et ce par le biais de la boucle locale cuivre qu’il possède". [itespresso]

 

France Télécom développerait ainsi la fibre jusqu’au répartiteur (départ de la boucle locale) et dynamiserait le réseau à base de technologies VDSL2 (100Mbits/s en full duplex sur simple paire de cuivre) jusqu’à l’abonné final.

 

Cette solution permettrait aux populations qui vivent dans des zones moins denses de bénéficier du haut débit en attendant la fibre.

Seul bémol, cette dernière solution technique pourrait être un frein au déploiement de la fibre puisqu’elle donne une seconde vie au réseau "cuivre". Une sur-fracture numérique pourrait voir le jour.

 

Caractéristiques de ligne :

 

 

 

Pour bénéficier des 100 mb théoriques du VDSL2, il faut résider à 2 m du NRA, dès que l’on habite à 1km cela tombe à 50 mb, ensuite à 2km nous sommes à 15 mb (comme pour l’adsl2) et à partir de 2,5km, que ce soit le VDSL2, adsl2 ou l’adsl la qualité du signal est très proche.[Merci à Phil]

Source : silicon