ARCEP : La fibre optique en dehors des villes

ARCEP : La fibre optique en dehors des villes

L’ARCEP a lancé ce vendredi une consultation publique pour le déploiement de la fibre optique dans les zones moyennement ou peu denses, c’est à dire 80% du territoire français.

 

Ambitieux, le projet vise à favoriser la mutualisation entre les opérateurs en vue d’assurer une couverture homogène des territoires.

 

Dernièrement, le gendarme des télécoms a présenté son rapport annuel, montré ses inquiétudes sur le développement de la fibre même s’il s’est félicité de quelques co-investissements.

 

Et pourtant, la ville s’impatiente et la campagne se résigne. Les actions de l’Arcep vont-elles porter leurs fruits ?

 

L’Autorité met en consultation publique jusqu’au 13 juillet son projet de décision précisant les modalités de l’accès aux lignes à très haut débit en fibre optique en dehors des zones très denses. Ce projet de décision complète le cadre réglementaire pour les zones moins denses (environ 80% de la population). La grande diversité de ces zones conduit à prévoir un cadre souple comportant un degré élevé de mutualisation et une concertation renforcée avec les collectivités territoriales afin de garantir une couverture homogène du territoire.
 

Le collectif face à la fracture numérique :

 

Le texte soumis à consultation pose le principe d’une forte mutualisation des déploiements entre les différents opérateurs. Ainsi, le projet prévoit des points de mutualisation (PM) regroupant de l’ordre de 1.000 lignes avec un seuil minimal de 300 lignes. Cette mutualisation accrue permet de réduire les coûts de déploiement à la prise, tout en préservant la pérennité de l’animation concurrentielle et le libre choix par le consommateur de son opérateur.

 
Au contraire, les zones moins denses ne bénéficient pas d’un réseau dédié de bout en bout. Il est donc nécessaire de mutualiser une partie nettement plus importante du réseau. Dans cette optique, les opérateurs se partagent alors la partie terminale du réseau mono-fibre.

 

 

 

 

Déjà difficile en zone dense, le développement homogène de la fibre dans les zones moins denses semble compliqué tant au niveau financier qu’au niveau administratif… Seule la collaboration entre les opérateurs, les collectivités locales et l’Etat permettront le déploiement.

 

Le programme national très haut débit suffira t-il ?

La consultation de l’Arcep