3 G : Interférences à la Défense

3 G : Interférences à la Défense

 
Les réseaux sont-ils menacés par la saturation des connexions internets via les terminaux mobiles ? Faut-il développer la 3G+ avec le protocole HSPA (Hight speed packet access), investir dans la 4G afin que le quartier de la Défense dispose d’une réelle connexion Net Mobile ?

A en croire le Parisien, ça rame au centre des affaires de Paris. Comble pour la vitrine du business français, les utilisateurs du surf nomade peinent à obtenir la connexion 3G. Pour SFR, son réseau n’est pas surchargé même si les usagers s’en plaignent. Par contre, Orange reconnait que les débits sont 5 fois moins rapides et promet l’installation de nouvelles antennes relais. A contrario, le réseau 3G de Bouygues a l’air de bien fonctionner.

 
A qui la faute ? Le réseau 3 G subirait les interférences des buildings qui feraient écran, la multiplication des ondes ou encore le fort trafic. L’explication la plus vraisemblable est que les opérateurs ont peut être sous estimé le succès de la 3G.

 
Du côté de la réglementation, les opérateurs doivent prendre les mesures nécessaires pour assurer de manière permanente et continue l’exploitation de la 3G. Sauf que cette loi s’applique au territoire national. Le régulateur n’a donc pas autorité pour le quartier de La Défense d’autant que la qualité du réseau n’a encore pas été testée à l’Arcep.

Source : Le Parisien