Keyyo : le modèle Free vers les entreprises

Keyyo : le modèle Free vers les entreprises


Spécialisé dans la téléphonie sur Ip pour les PME (Petites et moyennes entreprises), l’ancien Phone Systems et Network propose des fonctions avancées d’un standard téléphonique aux entreprises grâce au système IPCentrex.

La technologie repose sur un IPBX hébergé et géré par une tierce partie et permet d’externaliser la gestion de son système VOIP. Comme Free, l’idée est de distribuer des offres de téléphonie fixe par internet en vue d’économiser des frais commerciaux.

 

Profitant d’une structure à faibles couts, d’une forte croissance de son activité pour les PME (+37%), la société génère des marges. Elle profite aussi de recrutements peu onéreux à entendre l’explication du président de la société Philippe Houdouin. Les recrutements se font en 3 mois chez Keyyo contre 5 chez Free et le double chez ses concurrents.

 
Plutôt offerte aux particuliers, Free a peu de sociétés dans son parc. Pour Philippe Houdouin, l’entreprise est « un enfant de Free », le modèle technologique est calqué mais il s’adresse aux entreprises. Dans le développement de ses services convergents, Keyyo s’adresse, dans son activité, aux PME (41%), aux téléboutiques (42%), aux particuliers (11%) et aux autres opérateurs (6%). Reste à savoir si le modèle est aussi solide que celui d’Iliad.

 
En matière de VOIP, les FAI et les opérateurs téléphoniques se bousculent dans un espace de plus en plus concurrentiel. Free propose une offre unique qui peut se prêter aux attentes des entrepreneurs même si la plupart des freenautes sont des particuliers. Pour générer de nouveaux abonnements, Free pourrait envisager de s’ouvrir sur le secteur économique dans les années à venir. Keyyo permet d’appeler gratuitement les abonnés de son réseau, les lignes fixes en France et vers 50 destinations mais propose aussi des tarifs attractifs vers les mobiles moitié moins chers que ceux facturés par Free. L’abonnement mensuel démarre à 15€.

 

Source : Investir