Financement de la presse par Internet : Libération revient à la charge

 Après le financement du cinéma, de l’arrêt de la publicité sur France télévisions ou encore des mesures pour développer l’offre légale de musique en ligne, les fournisseurs d’accès à Internet vont-ils devoir financer la presse ?

 
C’est en tous cas une proposition que Nathalie Collin, la co-présidente de Libération aimerait bien voir aboutir. Elle défend sa position aujourd’hui dans une interview accordée à La Tribune. « Les radios doivent rémunérer la musique via la Sacem, et ont un quota de chanson française à passer. La télévision finance le cinéma, qui permet à la création française d’être si riche. L’édition a été préservée grâce au prix unique du livre. La même question doit se poser pour la presse. Il faut obliger les journaux à donner accès à leur titre, mais contre une rémunération qui pourrait être décidée par les pouvoirs publics. Les moteurs de recherche et les FAI doivent contribuer au financement de la presse. » explique-t-elle.
 
Une position évidemment inverse à celle des opérateurs télécoms dont certains d’entre eux estiment que les éditeurs de contenus ainsi que les moteurs de recherche, les réseaux sociaux ou les sites de téléchargements, devraient payer un droit de passage pour utiliser les tuyaux qui leurs sont mis gratuitement à disposition.