L’idée d’intégrer des femtocells 3G dans la Freebox V6 fait son chemin

Nous vous parlions récemment de la problématique de la pose des antennes pour Free des si celui-ci obtient la 4ème licence 3G. Challenges apporte quelques éléments complémentaires à ce sujet. Le site du magazine revient en particulier sur la possibilité d’intégrer des femtocell 3G, des mini-antennes qui permettraient de constituer un réseau, en zones dense, avec la prochaine version de la Freebox. Pour le moment, personne ne sait si Free a effectivement choisi cette solution. Extrait :

12.000 points hauts seraient nécessaires à Free pour couvrir la totalité de la population. Dans tous les cas, il devra répondre d’ici huit ans à une obligation de couverture de 80% de la population, sous peine d’amende. Pour autant, la cherté des antennes (dont le prix unitaire varie de 5.000 à 70.000 euros selon le P-DG de Numéricable, Pierre Danon) ne semble pas inquiéter la filiale d’Iliad qui a intégré ce coût dans son business plan -en tenant compte d’une antenne à 60.000 euros l’unité, soit le haut de la fourchette. De plus, Free compte probablement intégrer des micro-antennes à l’intérieur de ses prochaines box, afin d’améliorer la couverture dans les immeubles notamment. Une telle initiative permettrait de régler des problèmes locaux (couverture en intérieur et meilleur débit), mais ne permettrait pas de réduire le nombre d’antennes en extérieur. Quant à l’obligation de couverture d’ici deux ans (25%), elle ne semble pas perturber non plus le fournisseur d’accès à internet. Selon Free, cela nécessitera 2.000 points hauts, ce qui ne serait pas insurmontable à trouver avec les sites dont disposent TDF, EDF (avec eRDF), la SNCF…
Parmi les points qui pourraient gêner Free, on note en revanche l’allongement des autorisations (qui seraient passées de neuf à dix-huit mois), la hausse des loyers…

Lire l’intégralité de l’article de Challenges