Maxime Lombardini: Non, la licence 3G n’est pas bradée

Maxime Lombardini était l’invité ce samedi d’Europe 1 week end. Il a tenté de contrer l’argumentaire des 3 opérateurs actuels qui dénoncent le prix de la licence :

"Il y a toujours une impression que les choses sont en faveur de dernier entrant. La réalité, c’est que la même chose a été vendue en Italie, il y a trois mois, 90 ME… La deuxième réalité, c’est que les opérateurs comparent des choses qui ne sont pas vraiment comparables… Ils ont payé 620 ME pour 15 MHz. La part du spectre qui est cédée est, dans notre cas, de 5 MHz, soit 3 fois moins. Cela veut dire que le prix est un peu supérieur à un tiers. Ce n’est pas absurde ! Ensuite, nous arrivons sur un marché où il y a déjà pratiquement 100% de pénétration, alors que les précédentes licences ont été attribuées quand le marché était à 60% de pénétration. Ce n’est pas pareil d’arriver sur un marché où tout le monde est déjà équipé, et un marché où tout est à faire"

"Si d’aventure nous avons cette licence, notre arrivée sera progressive. Nous n’allons pas casser le marché… Ce n’est pas notre objectif" a déclaré Maxime Lombardini avant d’ajouter : "Nous pensons, au contraire, que la concurrence dynamise l’investissement, oblige les opérateurs en place à maintenir leurs équipes, voire à les renforcer pour améliorer le service client, et à être davantage présent. Nous ne sommes pas du tout dans une dynamique de destruction de valeur. Le fait que le consommateur puisse récupérer un peu de pouvoir d’achat avec des prix de forfaits qui baissent un peu, je n’assimile pas cela à de la destruction de valeur !" a-t-il conclu.

Source : Boursier.com