Quelle sera l’offre mobile de Free ?

Si le prochain opérateur de téléphonie mobile ne sera désigné que dans quelques mois, Free fait figure de grand favori. Toute la presse spécialisée spécule sur ce que sera l’offre mobile de Free. C’est le cas aujourd’hui du journal Les Echos qui publie un dossier de quatre pages sur ce dossier. Tout le monde s’attend à ce que Free reproduise dans le mobile ce qu’il a fait dans l’ADSL. Son offre triplay à 30 euros est en effet devenue la norme en France et a permis au pays de se hisser dans les premières places mondiales de l’accès à Internet. La France est d’ailleurs le premier pays au monde en ce qui concerne la télévision par ADSL avec 6 millions d’abonnés sur un total de 12,3 millions dans le monde entier !

Mais le secteur du mobile est un peu différent de l’ADSL, notamment commercialement. Les français sont en effet habitués à prendre leurs abonnements dans des boutiques. Si Free réfléchi à la mise en place d’un réseau de boutiques sous sa propre marque, il pourra déjà compter sur les 3000 points de ventes (Grandes surfaces, Darty, The Phone House, etc.) qui distribuent déjà les Alicebox. « Il devra renoncer à subventionner les portables au même niveau que ses concurrents », parie Nicolas Didio analyste chez Exane BNP Paribas.

Mais qu’en sera-t-il des offres en elles-mêmes. Les Echos lance des pistes : Sera-t-il à 29,99 euros, comme la Freebox, à 25 euros, ou moins cher encore ? Les abonnés ADSL profiteront-ils d’un « package » préférentiel, leur permettant d’avoir « Freebox w- portable » pour 40 ou 45 euros ? Et que couvrira ce prix ? « Si l’on est sûr d’une chose, estime Jean-Michel Salvador, analyste d’Alpha-Value, c’est que Xavier Niel a toujours surpris… par la simplicité de ses offres ! » Doit-on pour autant parier sur un forfait d’appels « tout illimité », y compris vers les mobiles, comme le fait Olivier Viaggi, du forum Univers Freebox ? Nicolas Didio, analyste chez Exane BNP Paribas, en doute : « A chaque fois qu’un abonné Free appelle l’abonné d’un réseau mobile concurrent, Free doit payer un coût qui reste élevé. A proposer de l’illimité, il prendrait un risque financier trop important. Ce coût va continuer à baisser dans le futur, ce qui permettra probablement à Free d’inclure l’illimité mobile dans son forfait. »

Maxime Lombardini, le Directeur Général d’Iliad-Free calme cependant ces ardeurs « Peut-être avons-nous trop habitué nos clients à des innovations fantastiques ! Nous n’allons pas créer un nouveau marché, comme nous l’avons fait avec la Freebox. N’empêche, en apportant une vraie baisse des prix, nous pouvons libérer l’usage du mobile. »

Le dossier des Echos aborde également la question de la bande passant. Avec 3 fois moins de fréquences (et donc de bande passante) que ses concurrents, la mise en place d’un forfait tout illimité pourrait être problématique « Notre réseau ne sera saturé que… si nous sommes capables de révolutionner l’accès à l’Internet mobile », déclare Xavier Niel. Les Echos parie d’ailleurs sur l’intégration de femtocells 3G dans la prochaine Freebox, ce qui permettrait d’une part de disposer de la 3G à l’intérieur des bâtiments et d’autre part de décharger un peu le réseau mobile de Free.