Après Bouygues et Orange, Vivendi va contester le prix de la 4ème licence 3G

Jean-Bernard Lévy, le Président du directoire de Vivendi, a accordé une interview au journal Les Echos. Il revient entre autre sur la quatrième licence 3G et annonce que son groupe va en contester le prix devant Bruxelles :

Iliad est candidat à la 4e licence… Envisagez-vous comme Bouygues de vous joindre à la plainte de France Télécom à Bruxelles contre le prix de 240 millions d’euros fixé par l’Etat français ?

Oui, nous allons contester devant la Commission européenne ce prix de 240 millions d’euros qui a été fixé pour la 4e licence mobile. Au début de la décennie, les trois opérateurs actuels, Orange, SFR et Bouygues Telecom, avaient payé leur licence 619 millions d’euros chacun. Aujourd’hui, nous avons le sentiment de vivre une véritable inégalité de traitement, d’assister à un bradage des fréquences. Cette aide accordée au futur quatrième opérateur va affaiblir des entreprises qui participent à la relance de l’économie. Quelles garanties a-t-on que cette licence ne va pas surtout profiter aux industriels asiatiques qui bénéficient d’une aide massive de leurs gouvernements ?
Faut-il vraiment un nouvel opérateur ? J’observe que, dans plusieurs pays, on passe actuellement de quatre à trois opérateurs et non l’inverse. Ça vient de se passer en Australie, c’est imminent en Espagne et en Grande-Bretagne, et peut-être même aux Etats-Unis.

Vous n’êtes pas chaud à l’idée de voir Free déclencher une guerre des prix dans le mobile…

Cela fait neuf ans que nous anticipons l’arrivée d’un quatrième opérateur ! L’objectif du gouvernement est de faire baisser les prix du mobile, mais la guerre des prix existe déjà en France et les Français bénéficient déjà de prix parmi les plus bas d’Europe.

Lire l’intégralité de l’article des Echos