Les conditions seront difficiles pour le quatrième opérateur mobile

L’AFP propose un tour d’Europe des marchés du mobile. Il en ressort que ceux-ci ont déjà entamé leur concentration et que de rachats en fusions, il semble que l’équilibre se fasse autour de 3 à 4 acteurs. Bien sur, ces marchés disposaient de plus de 3 opérateurs au départ, contrairement à la France.

Pour Ian Fogg, analyste chez Forrester, la situation de la France était d’ailleurs "quelque peu inhabituelle", vu la taille de son territoire et sa population.

Pour autant, souligne-t-il, "le problème (pour le futur opérateur) est que le marché français est relativement mature. La plupart des gens ont déjà un mobile".

"Il y a une opportunité mais les conditions seront difficiles", ajoute-t-il, en donnant l’exemple de Hutchinson, arrivé en 2003 sur le marché britannique, soit neuf ans après les deux derniers opérateurs, et qui possède aujourd’hui seulement environ 5% de part de marché, contre 20 à 25% pour les quatre autres.
Selon lui, l’Arcep, l’autorité de régulation des télécoms, "devra faire en sorte de mettre en place les conditions" permettant son développement.

Lire l’intégralité de l’article de l’AFP