Fusion TPS-Canalsat : c’est fait !

Fusion TPS-Canalsat : c’est fait !

Comme prévu, la fusion a été annoncée à l’instant , extrait du communiqué officiel :

"Vivendi Universal, TF1 et M6 annoncent un projet d’accord industriel visant à rapprocher les activités de télévision payante en France de Groupe Canal+ et de TPS dans un ensemble contrôlé par Vivendi Universal.

A l’issue de ce rapprochement, ce nouvel ensemble serait détenu par :

– Vivendi Universal à 85 %,

– TF1 à 9,9 %,

– et M6 à 5,1 %.

La participation de Vivendi Universal, qui conserverait dans tous les cas le contrôle du nouvel ensemble, pourrait évoluer en fonction de l’aboutissement des discussions avec Lagardère.

Modalités du rapprochement :

• Dans un premier temps, Vivendi Universal s’engage à acquérir en tout état de cause, une participation de 18 % dans TPS. Cette participation, après annulation de la dette de TPS, sera ramenée à 15 %. Vivendi Universal versera, à cet effet, une avance de 150 millions d’euros à TF1 et M6. Pendant cette période, TPS et Groupe Canal+ conserveront leur autonomie de gestion et d’action.

• Dans un second temps, après approbation des autorités concernées, l’avance des 150 millions d’euros serait remboursée à Vivendi Universal. Vivendi Universal acquerrait alors, par échange de participations sans soulte, 85 % d’un nouvel ensemble constitué de Groupe Canal+ et de TPS, Les participations de TF1 et de M6 dans ce nouvel ensemble seraient respectivement de 9,9 % et de 5,1 %.

• TF1 et M6 ont décidé de rester actionnaires du nouvel ensemble pour un minimum de 3 ans après la finalisation de l’opération. TF1 et M6 disposeraient, à l’expiration de ce délai, d’une option de vente à valeur de marché leur permettant de bénéficier à plein du dynamisme du nouvel ensemble. Cette option de vente serait assortie d’un montant minimum garanti de 1,13 milliard d’euros pour 15 %, soit une valorisation globale de 7,5 milliards d’euros pour le nouvel ensemble."

Il n’y aura donc biêntôt plus qu’un seul opérateur de bouquet satellite en France si le conseil de la concurrence et le CSA donnent leur aval à ce rapprochement, mais aucune information n’a encore filtrée quand à la forme du nouveau bouquet. Des chaînes vont disparaitre et on imagine que ce sont celles des éditeurs indépendants qui devraient en faire les frais.