Hadopi : Du peer to peer au pire en pire

Hadopi : Du peer to peer au pire en pire

 

Certains députés ont vaguement "entendu parlé" de ce machin-truc mais sans plus… Farouches diversions, charabias baclés, sourires ni déserteurs ni désertés… Ceux qui savent et peuvent creuser, creusent ! A l’intérieur même de l’Assemblée Nationale, d’autres n’y connaissent absolument rien… Des tonnes et des tonnes et des tonnes de paroles par an… Mais pas la moindre idée… Quetchi… Les imbattables ! Suite immédiate… Qui ? Quoi ? Que ? Hein ? Bref… L’enlèvement ! Outrepassons… car il y a plus nuageux encore ! plus fameux !

 

Pour Henri Plagnol, le peer to peer, c’est pouvoir s’adresser en direct à des personnes qui sont dans la même situation que soi. Il se finit lorsqu’il ajoute que c’est quelque chose de très positive qu’il faut encourager ! Comment ? Comment ? Mais comment remercier ce député UMP !. Ces quatre camarades ont séché… Lui, est collé ! Quel bluffeur ! Même un fou n’y aurait pas cru ! "Entrez ! Entrez ! Qui veut un verre ?", c’était pareil !

 

Presque suspect ! Yves Cochet (Les Verts) sauve la mise sur le Streaming. Il tient bon ! Ouf ! La soirée ne sera que meilleure !

 

 
 
A que voilà d’excellentes réponses… Ils ont curé la question ! Même l’imagination n’a pas suivi, mais pas du tout ! Et c’est ça leur intelligence ! Tous unis dans le péril ? Faudrait qu’on les branche ! Bref, du peer to peer… au pire du pire… du pire empire… Inutile mais indispensable de connaître la définition du peer to peer lorsqu’on vote la loi Hadopi ? C’est ainsi cuit ! Couic ! Hado-pire !