Orbor, artiste engagé contre l’Hadopi, répond à Univers Freebox

Orbor, artiste engagé contre l’Hadopi, répond à Univers Freebox

Orbor est un des rares artistes qui se soit officiellement opposé au projet de Loi Hadopi, actuellement discuté à l’assemblée nationale. Il fait actuellement le buzz sur internet avec une chanson anti Hadopi que vous pouvez retrouver dans notre rubrique Vidéo.
Univers Freebox a ainsi interview Orbor pour qu’il nous fasse connaitre la position d’un artiste sur le piratage et l’Hadopi

Univers Freebox : Bonjour, ORBOR. Pour ceux qui ne te connaitraient pas, peux-tu te présenter ?
Orbor : Je suis Orbor chanteur irrécupérable, qui n’appartient à aucun mouvement, aucun bord, un artiste très connu du petit public. Nous sommes cinq sur scène, notre actualité du moment se résume à notre CD et notre spectacle « tais toi et chante ».

Tu te définis comme un artiste 2.0, quelle est la définition d’un chanteur 2.0 pour toi ?
Un chanteur 2.0 doit avoir comme déformation professionnelle d’appliquer le virtuel au réel en reproduisant la fameuse demande d’amitié des réseaux sociaux dans les rues de Paris en se référant à des buzz vidéo comme le faux David Blaine par exemple (cf. voir les épisodes du chanteur 2.0 http://www.dailymotion.com/hors-bord). Sinon, moins sérieusement c’est un chanteur qui aime foncièrement le Web, les réseaux sociaux, et qui n’y va pas par obligation ou parce que c’est le passageobligépourleschanteursd’aujourd’hui !

Penses tu qu’il y ait un nouveau modèle économique à trouver pour les artistes et lequel ?
Oui , mais il faudrait beaucoup de monde autour d’une table et remettre en cause des principes importants (droits d’auteur). Une sorte de SACEM électronique qui gérerait une licence globale avec plus de précision qu’elle ne le fait aujourd’hui avec les radios. Je pense que les internautes n’ont jamais autant dépensé d’argent pour écouter de la musique. (nouveaux équipements informatique et musical, abonnement FAI …) du coup ils se sentent insultés par le mot piratage. Ce n’est pas de leur faute si l’argent a été déplacé vers d’autres intermédiaires. Ils ne vont pas payer deux fois pour faire plaisir aux majors qui se sont fait doubler.

Qu’est-ce qu’a apporté pour toi internet dans ta carrière ?

Une envie de création continue, sous toutes ses formes : son, vidéo, image, promotion. C’est surtout la fin du modèle du tout ou rien. Internet permet une interaction progressive avec le public. C’est un espace de création, de diffusion mais aussi d’évaluation de notre travail. Internet n’est que la première étape, ensuite tout se concrétise sur scène. C’est grâce à l’engouement des Internautes que nous avons pu nous produire, à l’Entrepot, au Glazart ou à la Bellevilloise par exemple. La scène reste le lieu préféré du chanteur même 2.0.

Pour quoi as tu souhaité t’engager contre la loi Hadopi ?
Pour répondre à l’argument des pro-hadopi concernant les artistes en émergence. Ils ont décidé que nous étions les premières victimes du piratage. Qu’ils nous invitent à leur débat au lieu de se substituer à nous. Un artiste sur cinq ne sera pas signé selon leur slogan ! Hadopi va aider au développement de nouvelle carrière ? Tout le monde sait que l’industrie musicale cherche des interprètes pour faire vivre leur réseau d’auteurs et de compositeurs. Les auteurs compositeurs interprètes comme nous, ne leur rapportent pas assez. Ils ont le cynisme de nous renvoyer Internet au visage, en nous disant montrez nous que vous buzzez, et après on vous signe… 

Que pensent les autres artistes de ta démarche ?
Certains soutiennent ma démarche car le but est de rapprocher artistes et public au lieu de les opposer, d’autres pensent que ma démarche est perdu d’avance et que je me grille dans le monde des majors. Mais le pire, c’est qu’étant en contact avec un label, on me dit si vous arrivez à buzzer sur notre dos, on vous signe. C’est pas moral ca ?

Que penses-tu du mouvement des artistes qui font bloc derrière le projet de loi Hadopi ?
De deux choses l’une, ou ils n’ont pas vraiment lu la loi, et ils cautionnent quelque chose avec amateurisme ou ils ont bien lu la loi et ils ne méritent pas le titre « Artistes ». Malheureusement je crois qu’aucun n’a lu plus de cinq lignes de la loi.

As ton avis, pourquoi ces artistes n’essayent pas de s’adapter aux usages d’internet plutôt que de vouloir rester dans un modèle dépassé ?
Par confort. Ils ont été élevés à la superproduction. Ils sont en admiration de ce qu’une major arrive à faire (ingé son, musiciens studio, arrangeurs, promotion, …) à partir de leurs œuvres. On est passé du modèle de la chanson qui rapporte de l’argent car elle est bonne, à la chanson qui rapporte de l’argent car elle est très diffusée. Du coup ils sont liés à la relation trilatérale majors-Sacem-radioTV ! Vous mettez notre dernière chanson « hors de moi » (hommage au président) en boucle sur toutes les radios, on devient mp3 de diamant avec décoration présidentielle !

Penses tu que les artistes soient réellement en danger à cause du piratage ?
Non, dans la chanson par exemple, on a bien vu qu’entre 1990 et 2000 ils n’ont sorti quasiment aucun artiste en émergence (alors que leur CA était au plus haut grâce au passage du vinyle au CD), et depuis qu’ils sont en crise, on a jamais eu autant de chanteurs talentueux (Benabar,Sanseverino, Wriggles, Volo, Aldebert, Alexis HK, Anaïs, Jeanne Cherhal , Orbor non ah bon….). Faut pas le dire mais je crois que le piratage motive la création.

Tu as lancé une chanson contre Hadopi, que tu as mis à disposition de tous gratuitement, as-tu eu des réactions de la part des politiques et du président de la république en particulier ?
Indirectement, puisque je n’ai eu aucune pression pour retirer cette chanson d’Internet, cela veut dire deux choses : soit le président a plus d’humour que l’on ne croit, soit il a de mauvais renseignements généraux (Frédérique Lefevre rajouterait « surtout, Orbor n’en vaux pas la peine .. » mais ce garçon est assez acrimonieux, donc passons)

Pense tu qu’il soit important que des opérateurs comme Free s’engage contre cette loi ?

Primordial, vous avez participé à la révolution numérique de la musique, vous devez apporter votre contribution à la révolution numéraire en proposant de nouveaux modes de diffusion musicale. Cette loi est anti-fai au possible, aujourd’hui vous contentez beaucoup de gens, demain vous pouvez vous les mettre à dos (pis ?)

As-tu un dernier message à faire passer aux freenautes ?

C’est de ne pas culpabiliser par rapport au discours des artistes, de nouvelles études démontrent que le téléchargement est bénéfique à la création, à la diffusion et même à la rémunération. En plus c’est inéluctable, Hadopi va rejoindre LA CINQ et le minitel dans pas longtemps. Les freenautes peuvent se mobiliser en masse, car cette loi, en plus de nous couter cher, peut amener beaucoup de perturbations sur notre surf quotidien. En conclusion, cette loi confond la température avec le thermomètre, car son objectif est d’augmenter le CA de l’industrie musicale, or un an et 100 000 personnes déconnectés plus tard, si le CA de l’industrie musicale diminue toujours, devra-t-on conclure par ce slogan : la répression tue les artistes ?

Merci ORBOR, et éspèrons que d’autres artistes rejoignent le mouvement que tu as lancé