L’Eurovision se politise et se tend

L’Eurovision se politise et se tend

<>

Tout d’abord, Patricia Kaas représentera la France. Bien que ce choix n’est que purement artistique officiellement, il est très clair que le fait que la chanteuse soit très appréciée dans les pays de l’Est et l’Arménie n’y est pas pour rien. Après des années de disette et de mauvaises places, la France compte énormément sur l’interprête de "Mon mec à moi".
Bien que cette dernière semble se réjouïr de cet entrain, un échec cuisant lors de la compétition risquerait fortement de nuire à sa carrière.

Ensuite, le groupe polémique est celui de la Géorgie. Ce groupe se compose de trois jeunes femmes et d’un homme. Jusque là tout va bien, le titre de la chanson qu’ils interpréteront sera : "We don’t wanna put in…". Cela n’est pas choquant, mais "put in" se prononce "poutine".
Or, les divergences entre la Russie et la Géorgie sont connues, et la compétition se déroulera à Moscou, capitale russe.
La tension monte encore si nous prêtons attention à certaines paroles, notamment : "We don’t wanna put in…The negative moove, it’s killing the groove…"
Ce qui se traduit littéralement par : "nous n’allons pas investir, l’attitude négative c’est de casser le mouvement". Or, une polémique interprète ces paroles comme exprimant l’idée : "on ne veut pas de Poutine".

Enfin, à cela vient s’ajouter Israël. Le conflit relaté par les médias se répercute également sur le choix de leur artiste.
Il s’agira d’un duo arabo-juif, composé de deux femmes. Point positif ici : leur interprétation servira vraisemblablement à diffuser un message de paix.

L’édition 2009 de cette compétition s’avère donc tendue. Dès lors, les chaînes diffusant la compétition pensent déjà à l’afflux d’audience que peuvent apporter les circonstances géopolitiques.
Quant à la compétition en elle-même, le public pourra cependant être déçu par cette tension qui risque de dénaturer la compétition internationale.


La chanson "We don’t wanna put in…" de Stephane & 3G :