La genèse de la TV Freebox

La genèse de la TV Freebox

1er décembre 2003, Free inaugure la Télévision par adsl. Rani Assaf* indique sur proxad.free.adsl.tv les villes ouvertes à cette technologie. Certains vivent cela comme une révolution. Pour l’anniversaire des deux ans de l’ouverture de la Télévision par l’adsl, Univers Freebox revient sur l’aventure Freebox ou comment une bande de surdoués a bousculé l’internet français.

Le SET TOP BOX… Un concept pas si nouveau que cela

 

Si l’on effectue une recherche sommaire, on peut trouver des informations sur une certaine STB5. D’après le site www.aventure-apple.com , cette dernière est mise au point par apple en 1996. Ce boitier utilise la technologie par cable. Il possédait un disque dur et avait comme ambition de proposer autre chose que de la télévision : VOD, services ajoutés : météo, bourse, etc.


LES PREMISSES

 

En 1988, le DSL (Digital Subscriber Line) prend naissance dans les laboratoires de Bell Labs. Le but premier de cette technologie est la transmission de la télévision par la ligne téléphonique à un débit de 1,5 Mb/s.

D’un côté dix ans plus tard, France Télécom propose son offre netissimo 512 kb/s à quelques privilégiés sur Paris tout d’abord , et de l’autre une bande de trublions ne veut pas proposer uniquement de l’internet. Ils souhaitent revenir aux fondamentaux de la technologie pensée dix ans plus tôt chez Bell Labs. A ce titre, *Xavier Niel, Rani Assaf, *Michaël Boukobza et *Pierre Gohon vont frapper aux portes des équipementiers. Trop en avance leur demande apparaît saugrenue, voire irréalisable.

La TV par adsl, personne n’y croit, personne ne maîtrise la technologie. Les 4 hommes aimeraient un boitier qui puisse aussi bien permettre une connexion à internet, que diffuser de la télévision et de la voix…

Croyant qu’ils vont trouver ce qu’ils cherchent sur un autre continent, ils partent pour les Etats-Unis… Même résultat, aucune entreprise ne propose un équipement capable de répondre aux attentes de Free à part une : Next Level Communication. Cette société proposait des produits proche de ce que recherchait Free mais, la technologie employée était le VDSL. Cette société a été rachetée depuis par Motorola.

… ALLONS-Y NOUS MEME

C’est lors de la visite d’un parc d’attractions à Los Angeles (Universal Studios) que Xavier Niel – sur un escalator, 20 secondes après le départ – a l’idée folle mais géniale de se dire que si personne ne peut concevoir leur boitier et équipement, il va le faire lui-même…. Finalement "ce n’est qu’un PC, une Freebox… !" m’indique-t-il malicieusement. C’est de là que découle leur surnom "Fer à Souder"

L’escalateur sur lequel germa l’idée

Escalateur Los Angeles

Cela ne les empêche pas de d’em(de)baucher les ingénieurs capables de travailler sur ce projet.

Partant de se principe, Free doit se rapprocher de grands groupes audiovisuels. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, Free montre l’intérêt de la TV par adsl à TF1 ! D’accord en trahison, les différents groupes remettent en question leurs partenariats. Télévision ADSL : un Dallas à la française titre le journal du net. Cette saga montre bien que Free était le seul et le premier sur la Télévision via adsl en 2000 : Lire l’avis du conseil de la concurence 

 

 LA MISE EN OEUVRE

 

Août 2000, les choses sérieuses commencent. De retour en France, Free doit se mettre au travail. Il convient tout d’abord de recruter, de faire fasse à l’incrédulité des vendeurs de composants, de développer une technologie de masse. Un des gros avantages de Free est de savoir exactement où il va.. FT à l’époque a construit son réseau sur la technologie ATM (beaucoup plus chère et moins adaptée aux multiservices). Apparue en 1998, beaucoup pensait que l’intégration se ferait autour de cette norme. Le monde IP a perturbé cette progression, Free avait vu juste en se dotant d’un réseau tout IP dès le départ. Pour Free, c’est un choix logique car c’est leur "monde".

Free se lance donc dans la construction de sa Freebox. Ils sont l’inventeur du concept "boîte"à tel point que la concurrence ne cherche plus à innover (malgré un service marketing) dans le nom de leurs modems dual play.

Freebox V1

Boitier multiplay et DSLAMs associés construits en interne, voilà la pari fou dans lequel se lance la jeune entreprise. La Freebox embarque un noyau Linux. Rani Assaf est à l’origine de ce choix. Il y a deux flash, le premier est ineffaçable avec le logiciel de base (celui que l’on récupère après un hard reboot) et l’autre que l’on peut mettre à jour si nécessaire.

Free n’a pas de service marketing et ce sont les techniciens qui décident. Certains reprocheront le côté sobre de la V1/V2 mais Free est allé au plus simple. Pas de design pour les Freebox de V1 à V4. On devrait découvrir la première Freebox "designée" avec l’arrivée de la prochaine génération de freebox.

LA TECHNOLOGIE UTILISEE

En ce qui concerne la technologie utilisée pour la Télévision, Free récupère – en autre – les flux par fibre optique (canal +) et par tous moyens existants. Ceux-ci sont encodés dans 100% des cas, mais il leur arrive de réencoder. Concrètement : Une première machine récupère le flux, une deuxième est là pour le réencodage éventuel, une troisième pour le Broadcaster. VLC est sur la troisième machine, ce dernier est utilisé un peu à la manière de Freeplayer. L’encodage est effectué en MPEG-2. Cette norme a été développée en 1994 pour améliorer la transmission des images animées. MPEG-2 est optimal pour une dimension de 720 par 480 pixels à 60 images par seconde.

CONCLUSION

Le DSL avait été conçu pour faire transiter de la télévision via la ligne téléphonique. Free a eu l’intelligence de s’en souvenir et le tempérament de se lancer dans cette aventure.

Premier opérateur sur la télévision par adsl (près de deux millions de foyer ayant accès à cette technologie) la concurrence à grand renfort de publicité et d’effet d’annonce, ne comble pas leur retard. Les derniers chiffres sur le nombre d’abonnés que prend Free sur un marché ultra concurrentiel nous laisse penser qu’aujourd’hui les internautes ne se laissent pas séduire par une publicité tapageuse. Ils choisissent en connaissance de cause et veulent sans doute faire partie de l’aventure. L’atout de Free ? Une communauté très forte et une réputation effectuée par le bouche à oreille.

Free a mis les pieds – avec la Télévision – dans la cour des grands… Serait-il aujourd’hui accepté ? Une chose est certaine, le trublion d’internet ne va pas s’arrêter en si bon chemin.

*Rani Assaf : Directeur Technique
*Xavier Niel : Vice-président du conseil d’administration et Directeur général délégué à la stratégie
*Michaël Boukobza, Directeur général
*Pierre Gohon : Anciennement Responsable Technique et co-fondateur de ProXad, aujourd’hui dirigeant d’Ifrance

Remerciements : Xavier Niel, Olivier.