L’ARCEP bloque les 06 pour le nouvel opérateur 3G

L’ARCEP a annoncé vouloir lancer la tranche des numéros en 07 à partir de mi-2010. « parce que nous arrivons à saturation du nombre de numéros commençant par 06», a expliqué le nouveau président de l’ARCEP, Jean-Claude Mallet. Mais l’autorité des telecoms a également décidé de bloquer 3 millions de numéros en 06 afin de les réserver au nouvel opérateur 3G dont Free est le candidat le plus probable. Cela ne plait cependant pas aux opérateurs mobile existants, comme l’explique Jean-Marc Vittori, journaliste économique et éditorialiste au Echos, au micro de France Info ce lundi :

La France va manquer de numéros de téléphone mobiles commençant par 06. Du coup, les opérateurs se les arrachent. L’autorité de tutelle a décidé d’y mettre bon ordre. C’est à la une des “ Echos ” demain. Jean-Marc Vittori, y-a-t-il vraiment pénurie ?
Oui et non, Dominique. Non, parce qu’il y a mathématiquement 100 millions de numéros qui commencent par 06, et la France n’a “ que ” 58 millions d’abonnés au mobile. Il y a donc de la marge.
Mais oui, il y a menace de pénurie, car les trois grands opérateurs, Orange, SFR et Bouygues, ont déjà réservé 90 millions de numéros. Ils auraient bien aimé mettre la main sur les 10 millions restants pour une raison psychologique élémentaire : le 06, ça veut dire mobile. Le 07, qui peut aussi servir au mobile, n’est pas très loin du 08, qui veut dire, un peu à tort mais pas complètement, numéro surtaxé. Et donc plus cher pour le consommateur.
Voilà pourquoi l’ARCEP, le gendarme des télécoms, a décidé de bloquer 3 millions de numéros en 06 au profit du prochain opérateur de téléphonie mobile, qui pourrait bien être Free. Le nouveau venu pourra ainsi jouer avec les mêmes armes que ses rivaux.

Que répondent les opérateurs existants ?
Ils bougonnent. Comme le révèle mon confrère Guillaume de Calignon, Bouygue Telecom a expliqué à l’Arcep qu’il n’était pas souhaitable qu’un nouvel arrivant ait droit au 06. Orange parle d’une réserve qui serait surdimensionnée. En bon français, ça s’appelle de l’obstruction. C’est de bonne guerre, et il est heureux que l’ARCEP passe par-dessus.