Fibre optique : L’exception française

Roland Montagne, responsable du pôle Broadband à l’Idate (Institut de l’audiovisuel et des télécommunications en Europe), a fait le point avec Vnunet, sur les différentes étapes et les embûches du déploiement de la fibre optique en France. Selon Roland Montagne, la France est "le seul pays en Europe à s’être doté d’un outil législatif propre au déploiement de la fibre optique".

Vnunet.fr : Face au conflit qui oppose Orange et Free sur le choix des technologies (monofibre ou multifibres), quels sont les avantages et les inconvénients de ces deux méthodes de déploiement ?
Roland Montagne : Nos opérateurs français ont aujourd’hui choisi des logiques différentes. Mais que la technologie employée soit celle du point à point (P2P) voulue par Free, ou de type GPON (point à multipoints) voulue par France Télécom et SFR, cela ne change rien pour les utilisateurs finaux (…).

Vnunet.fr : Le déploiement de la fibre nécessite-il une simple coordination au niveau de l’Union européenne ou demande une véritable impulsion de la part de Bruxelles ?
Roland Montagne : La Commission européenne finalise actuellement ses recommandations pour harmoniser et réguler le déploiement de la fibre optique dans 27 Etats membres. Mais c’est avant tout le rôle du gouvernement et du régulateur qu’est l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) d’orchestrer et de régler les problématiques propres au territoire français. Nous ne sommes pas à la traîne : c’est à ma connaissance le seul pays en Europe à s’être doté d’un outil législatif propre au déploiement de la fibre optique.

Lire l’intégralité de l’interview sur Vnunet

(L’interview publiée ce 31 décembre 2008 a été réalisée le 15 décembre 2008).