Free a commencé à activer ses nouvelles fréquences 4G qui permettent d’obtenir de meilleurs débits

Free a commencé à activer ses nouvelles fréquences 4G qui permettent d’obtenir de meilleurs débits

Après avoir obtenu de nombreuses autorisations pour les fréquences 2100MHz, Free vient de commencer à les activer.

Alors que Free ne disposait que de 5MHz sur la bande 2100 MHz, grâce “new deal mobile” signé avec l’Etat et à la réattribution des fréquences, l’opérateur dispose depuis 10 jours de 15 MHz. Cette nouvelle fréquence 4G va permettre à Free de proposer de meilleurs débits grâce à l’agrégation de fréquences.

Quantités de fréquences détenues par les opérateurs mobiles en bande 2,1 GHz, toutes autorisations confondues en MHz duplex

Un déploiement des fréquences 2100MHz important

Si Free a commencé à demander de nombreuses autorisations pour le déploiement de fréquences 2100 MHZ, il n’avait jusqu’à présent activé aucune antenne. Mais l’opérateur se lance enfin ainsi que l’on peut le constater sur les données publiées par l’ANFR ce jour. 289 antennes 2100MHz viennent en effet d’être activées, et 6176 sont autorisées. Cela va permettre aux abonnés Free Mobile de disposer d’un meilleur débit si leur smartphone est compatible avec ces fréquences.

Pour rappel, les autorisations d’utilisation de fréquences qui sont délivrées aux opérateurs s’inscrivent dans le cadre du New Deal mobile, intervenu entre le Gouvernement, l’Arcep et les opérateurs en janvier 2018. Elles sont donc accompagnées d’obligations en faveur de l’aménagement numérique du territoire. En particulier, les lauréats doivent :

  • améliorer la qualité de réception sur l’ensemble du territoire, et particulièrement dans les zones rurales. Le nouveau standard d’exigence appliqué aux obligations des opérateurs est celui de la bonne couverture ;
  • démultiplier le rythme des programmes ciblés d’amélioration de la couverture et dans ce cadre construire chacun au moins 5000 nouveaux sites sur tout le territoire, parfois mutualisés, qui iront désormais au-delà des zones dites « blanches » et dont la charge est désormais intégralement prise par les opérateurs ;
  • généraliser la réception en 4G ce qui implique de l’apporter à plus d’un million de Français sur 10 000 communes, en équipant en 4G tous les sites mobiles ;
  • accélérer la couverture des axes de transport, afin que les principaux axes routiers et ferroviaires soient couverts en 4G. Cette obligation s’applique seulement aux lauréats de la procédure en bande 1800 MHz ;
  • généraliser la couverture téléphonique à l’intérieur des bâtiments, notamment en proposant à leurs clients disposant d’un terminal compatible la voix sur Wifi.