Insolite : un homme s’empare d’un nom de domaine de Google pour quelques euros

Insolite : un homme s’empare d’un nom de domaine de Google pour quelques euros

C’était évidemment trop beau pour être vrai. Un homme a acquis un nom de domaine de Google pour quelques euros à peine, mais pas pour très longtemps non plus.

Un soir, alors qu’il était à son bureau en train de concevoir un site Web pour un client, Nicolas Kurona constate l’indisponibilité de Google depuis son navigateur Web. Sentant qu’il se trame “quelque chose d’étrange”, le designer Web argentin de 30 ans décide d’aller jeter un oeil sur le site de l’organisme gérant les noms de domaine argentins. Il remarque alors que le nom de domaine www.google.com.ar est disponible à l’achat pour 270 pesos, équivalent de 2,40 euros, et en fait l’acquisition dans la foulée.

Une bonne affaire, mais de courte durée

Si Nicolas Kurona a confirmation qu’il est désormais propriétaire du nom de domaine grâce à un e-mail accompagné d’une facture d’achat, cela n’a pas duré longtemps. En effet, le groupe a confirmé que “pour une courte période, le domaine a été acquis par quelqu’un d’autre” et avoir fait le nécessaire pour récupérer son nom de domaine. Il mène d’ailleurs l’enquête pour savoir ce qui s’est passé, sachant que la licence pour ce nom de domaine court jusqu’en juillet 2021 et qu’il ne s’agit donc pas d’un oubli de renouvellement de sa part.

“J’étais figé en regardant l’écran. Je ne pouvais pas croire ce qui venait de se passer”, raconte le designer en se remémorant le sentiment lorsqu’il a pris conscience que le domaine lui appartenait réellement. “Lorsque le processus d’achat a été terminé et que mes données sont apparues, je savais que quelque chose allait se passer … J’étais vraiment anxieux”, avoue-t-il. “Je tiens à préciser que je n’ai jamais eu de mauvaises intentions, j’ai juste essayé de l’acheter et le NIC m’a permis de le faire”, assure-t-il par ailleurs. Soutenant n’avoir rien fait d’illégal, il se dit rassuré de n’avoir cause d’ennuis à personne. “Je n’avais jamais imaginé que cela allait me permettre de l’acheter”, explique Nicolas Kurona, sous-entendant que c’est surtout la curiosité qui lui a fait aller jusqu’au bout de la démarche. Ses 270 pesos ne lui ont en tout cas pas été remboursés.

Source : BBC