[MàJ] Free change de stratégie à la dernière minute et écarte en grande partie Jaguar Network

[MàJ] Free change de stratégie à la dernière minute et écarte en grande partie Jaguar Network

Mise à jour 10 mars : Free dément les informations publiées par la Lettre A

Initialement prévu pour être le fer de lance de la conquête de Free sur le marché des entreprises, Jaguar Network a été mis sur la touche. En cause, une incompatibilité de caractère entre son fondateur Kevin Polizzi et le deuxième homme fort de Free, Rani Assaf.

Dans les starting-blocks pour adresser le marché des entreprises dans les prochaines semaines et ainsi contre-carrer le duopole Orange-SFR, Free doit trouver un plan b et rien ne dit que Scaleway, la division Cloud d’Iliad va voler au secours de sa maison-mère. 

Selon, la Lettre A, Jaguar Network, racheté en 2019 la bagatelle de 100 millions d’euros par le groupe de Xavier Niel, a été écarté du dispositif de conquête de Free. La raison, “une incompatibilité de caractère” entre Kevin Polizzi, fondateur et directeur général de l’opérateur marseillais avec Rani Assaf, le directeur technique de Free. A l’origine de la création de la Freebox, ce dernier occupe un rôle important dans les choix stratégiques du groupe, le courant passerait donc très mal entre les deux hommes.

Exit donc l’offensive et des offres d’entrées via Jaguar Network pour Free qui pourrait commercialiser sa Freebox pro sous la bannière Free Pro ou Free entreprises. Xavier Niel aurait finalement repositionné Jaguar Network et ses data centers sur des offres dédiées aux grands groupes et non aux PME-TPE comme prévu dans le plan Odyssée 2024 d’Iliad. La structure marseillaise compte un portefeuille très intéressant, y figurent entre autres France télévisions, Amazon, UGG ou encore le Sénat.

En d’autres termes, la mission est moins importante, et l’échec est incontestable en interne puisque Free avait pour ambition de surfer sur les points forts de Jaguar Network en s’en emparant, à savoir les services cloudaux professionnels. “Cette acquisition stratégique offre des synergies importantes en termes d’investissements, d’innovation et de savoir-faire qui permettront le développement d’offres d’accès et de services compétitives”, a assuré le groupe en mai 2019.

Reste désormais à savoir si Scaleway accompagnera ou non les offres fixes de Free à son lancement sur le B2B. Rien est sûr, la filiale cloud d’Iliad se porte aujourd’hui vers l’international.

Un lancement lors du 1er trimestre 2021

En novembre dernier, Free a décidé de repousser finalement son arrivée le marché des entreprises au 1er trimestre 2021, la déconvenue avec Jaguar Network pourrait ainsi être l’une des raisons de ce report, mais ce sont les effets de la crise sanitaire que l’opérateur met en avant.

L’ambition reste dans tous les cas la même, à savoir “simplifier et rendre plus accessible ce segment qui est aujourd’hui très peu concurrentiel, on y travaille” a fait savoir fin 2020, Thomas Reynaud, directeur général d’Iliad. Free souhaite devenir un nouvel opérateur national de référence capable d’accompagner la transformation numérique des entreprises françaises, afin de renforcer leur compétitivité. Pour son lancement, ses objectifs restent toutefois modérés afin de ne pas inquiéter les marchés financiers, l’opérateur de Xavier Niel vise 4 à 5 % de part de marché d’ici 2024, pour 400 à 500 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Jusqu’à présent, l’opérateur entendait bien tirer son épingle du jeu sur l’accès à la fibre optique, la sécurité de leurs données et la virtualisation des infrastructures (cloud) grâce à ses infrastructures et ses data centers en France.