Xavier Niel: “La France que vous me décrivez est pire que la Chine !”

Le site web du Point publie ce jour la deuxième partie de son interview de Xavier Niel. Le cofondateur de Free revient en particulier sur la loi Hadopi à laquelle il est éthiquement opposé, extraits :

Lepoint.fr : Le gouvernement souhaite que la loi Hadopi (dite aussi loi Olivennes) soit adoptée au plus vite. Elle permettrait de surveiller les internautes très facilement, sans intervention d’un juge, pour lutter contre le piratage. Vous semblez être le seul dirigeant de FAI à vous opposer à cette loi.
Xavier Niel : Aujourd’hui on veut appliquer aux pirates des règles que l’on n’oserait pas appliquer aux terroristes et aux pédophiles. On va vous filtrer, on va regarder ce que vous faites sur Internet, si vous téléchargez une chanson pour laquelle vous avez acheté les droits ou non. Par contre si vous faites du terrorisme ou de la pédophilie, on n’a pas le droit de regarder ce que vous faites. On est en train de donner des droits dérogatoires pour le piratage, qu’on n’oserait pas donner pour la pédophilie, pour le terrorisme, pour n’importe quel autre type de délit, que je considère, mais je peux me tromper, comme beaucoup plus grave.

Lepoint.fr : Pensez-vous que cette position idéologique soit bonne pour Free ?
X. N. : Ce n’est pas une position vendeuse pour nous. On a intérêt à accepter Hadopi pour mieux négocier la quatrième licence mobile. Faire du filtrage, ça nous coûte moins cher en bande passante. Supprimer des abonnés qui sont de gros consommateurs, c’est un vrai bonheur, ça nous évite des réquisitions. Aller dans le sens de l’État, ça n’a que des avantages ; aller contre, ça n’a que des inconvénients. C’est vraiment un point de vue éthique que nous avons adopté, aussi bizarre que cela puisse paraître dans le monde des entreprises.

Lire l’intégralité de l’interview sur lepoint.fr

Merci à Robin74