La nouvelle présidente de l’ARCEP veut calmer le jeu avec Xavier Niel

La nouvelle présidente de l’ARCEP veut calmer le jeu avec Xavier Niel

La nouvelle présidente de l’ARCEP assure “avoir de bonnes relations” avec Xavier Niel, qui lui avait reproché d’avoir travaillé 15 ans chez Orange

Début janvier, sur BFM Business, Xavier Niel avait critiqué la légitimité de Laure de La Raudière, alors pressentie pour diriger l’ARCEP. Le patron de Free alors lancé quelques flèches : “Elle est très compétente, elle connaît bien le secteur et les télécoms. En toute franchise, j’étais un peu surpris de cette information puisqu’elle a travaillé pendant 15 ans chez Orange”. Et d’ajouter : “ça ne peut être qu’une rumeur, je ne peux pas supposer que ce soit juste. Je pense qu’on a besoin d’un homme ou d’une femme qui connaisse aussi bien les télécoms que Laure de La Raudière mais qui n’ait pas travaillé dans le secteur, ça serait mieux”.

Depuis, Laure de La Raudière a été nommée Présidente de l’ARCEP et a réagi aux attaques de Xavier Niel dans le journal La Montagne : “Je n’ai pas à commenter les propos de Xavier Niel. J’ai toujours eu de bonnes relations avec lui. Toute ma carrière a montré ma liberté et mon indépendance d’esprit. J’ai toujours pris mes positions à partir de convictions fondées sur l’intérêt général. Ce sera pareil à l’Arcep”

Elle a également répondu sur le fait d’être une ancienne députée en expliquant que “lorsqu’on est élu, on apprend à connaître et à prendre en compte les attentes des Français de façon intime. Ce n’est pas du tout une critique vis-à-vis de mes prédécesseurs, bien au contraire, et ils ont d’ailleurs réalisé un travail formidable. J’ai une grande admiration du fonctionnement de l’Arcep. Mais à un moment où l’accès à internet et à la téléphonie mobile est une attente de premier rang pour beaucoup de citoyens, je pense qu’il est intéressant d’avoir une élue à la tête de l’Arcep. Il ne faut pas oublier non plus que je suis ingénieure des télécoms et que, avant d’être élue, j’avais fait toute ma carrière dans le secteur des télécommunications et du numérique. Et depuis que je suis élue, je me suis intéressée particulièrement aux enjeux de couverture du numérique, de la transformation de la société et à tous les secteurs que régule l’Arcep, à l’exception peut-être de la distribution de la presse, qui est assez nouveau pour moi.”