Xavier Niel critique violemment la possible nomination d’une députée à la tête de l’Arcep

Xavier Niel critique violemment la possible nomination d’une députée à la tête de l’Arcep

Le fondateur de Free juge “aberrant” la possible nomination de la députée Laure De La Raudière à la tête de l’Arcep.

A l’heure où Emmanuel Macron doit communiquer le nom du successeur de Sébastien Soriano à la présidence de l’Arcep, dont le mandat de 6 ans a pris fin le 3 janvier, Xavier Niel n’y va pas de main morte sur la possible nomination de Laure de La Raudière. D’après les informations des Echos , la députée Agir d’Eure-et-Loire aurait les faveurs du Président de la République.

Invité hier sur le plateau de Tech&Co de BFM Business, le patron de Free a partagé sans ambages sa vision : “Elle est très compétente, elle connaît bien le secteur et les télécoms. En toute franchise, j’étais un peu surpris de cette information puisqu’elle a travaillé pendant 15 ans chez Orange”. Et d’ajouter : “ça ne peut être qu’une rumeur, je ne peux pas supposer que ce soit juste. Je pense qu’on a besoin d’un homme ou d’une femme qui connaisse aussi bien les télécoms que Laure de La Raudière mais qui n’ait pas travaillé dans le secteur, ça serait mieux”.

Avec le franc parlé qu’on lui connaît, Xavier Niel se permet même de manière surprenante : ” je ne suis pas sûr que Donald Trump lui-même aurait osé faire un truc pareil aux Etats-Unis”. Pour lui, un tel choix serait “aberrant” pour la concurrence dans le secteur des télécoms en France.

Diplômée de Télécom Paris, Laure De La Raudière a occupé différents postes chez France Telecom entre 1990 et 2001 notamment à la direction des Grands Comptes. Les télécoms c’est son dada, fondatrice d’une entreprise de conseils en réseaux, télécommunication et infrastructures en 2003, elle est aussi membre de la commission des affaires économiques de l’Assemblé nationale. Cette experte chevronnée a aussi coprésidé des groupes d’études portés sur la cybersécurité et la souveraineté numérique. Sans oublier plus récemment son rôle de corapporteur de la mission d’informations sur la couverture numérique du territoire en 2017 et sur le groupe de travail autour de la couverture mobile et numérique du territoire (2019-2020).

Pourquoi cette ferme opposition ?

Certains diront que Laure De La Raudière a, depuis son passage chez Orange, su montrer et démontrer son impartialité sur les dossiers qu’elle a traité. Alors pourquoi cette critique soudaine de Xavier Niel ? Selon Le Figaro, le patron de Free n’a pas oublié le rapport d’information à l’Assemblée nationale rédigée par la députée en 2013. Celui-ci s’est attaqué à l’arrivée de Free Mobile sur le marché en estimant que le trublion avait détruit des emplois dans le secteur. Une opposition qui serait restée en travers la gorge du fondateur d’Iliad.

Pour que son élection soit confirmée, Laure de la Raudière doit encore recevoir l’aval de la Commission des affaires économiques de l’Assemblée Nationale et celui du Sénat.