Numérotation TNT : Altice voit d’un très mauvais oeil un éventuel changement

Numérotation TNT : Altice voit d’un très mauvais oeil un éventuel changement

Pour le groupe Altice Médias, il est nécessaire de préserver la numérotation actuelle de la TNT. Explications.

Après un sursis accordé cet été, France Ô a cessé début septembre sa diffusion sur la télévision numérique terrestre laissant vacant le canal 19. De son côté, la disparition de France 4 est prévu le 20 août 2021, selon un décret. Le canal 14 sera alors libre.

Dans ce contexte, le Conseil supérieur de l’audiovisuel a lancé début décembre une consultation publique relative à la numérotation des chaînes de la TNT. Les acteurs intéressés étaient alors invités à adresser une contribution au plus tard le 1er février 2021. La mission du CSA sera de décider ce qu’il adviendra de ces canaux. Au total cinq scénarios ont été proposés, comme des tirages au sort successifs, un regroupement par blocs thématiques, le décalage des numéros vers le bas ou ne rien changer.

A l’heure où les chaînes d’information BFMTV (canal 15), CNews (16), LCI (26) et Franceinfo (27) sont éparpillées sur la TNT, elles pourraient ainsi se retrouvées juxtaposées. De son côté, Altice, maison-mère de BFMTV se dit une fois de plus contre tout changement de numérotation. Dans sa réponse à la consultation du CSA, le groupe de Patrick Drahi estime aujourd’hui qu’une modification de la numérotation au profit des groupes audiovisuels dominants “remettrait en cause le principe d’équilibre et de non-discrimination entre les chaînes, garanti par le CSA.”

Et d’ajouter que ” la création de blocs thématiques sur la TNT bouleverserait l’agencement de toutes les chaînes gratuites. Le bloc thématique dédié à l’information ne renforcerait pas les chaînes d’information gratuites les plus récentes, qui dépendent de chaînes généralistes très puissantes dans l’information”. En revanche, les chaînes d’information qui ont investi dans la TNT dès son lancement comme BFM TV “seraient affaiblies, affectant le pluralisme de l’information”.

Altice va plus loin en assurant qu’un tel changement total ou partiel “déstabiliserait tout l’écosystème audiovisuel”. Des conséquences économiques impacteraient ,selon lui, toute la filière française audiovisuelle et cinématographique. Les mastodontes Netflix et Amazon sortiraient alors gagnants de ces bouleversements. La position du groupe est on ne peut plus claire, le secteur doit faire preuve d’une certaine stabilité dans cette période de transformation.

Reste à connaître la position exacte de LCI (TF1) et France Télévisions. Tous deux se sont déjà montrés favorables à un regroupement des chaînes d’infos afin de se rapprocher de BFM TV.