Malfaçons dans la fibre optique : un maire décide de prendre les choses en main

Malfaçons dans la fibre optique : un maire décide de prendre les choses en main

Il est temps d’en finir avec le travail bâclé et les soucis de connexion qui en découlent. Une maire a décidé d’avoir les sous-traitants fibre optique à l’oeil.

Le manque de sérieux de certains sous-traitants dans la fibre optique a été pointé du doigt à plusieurs reprises, que ce soit par Sébastien Soriano, lorsqu’il était à la tête de l’Arcep, ou Cédric O, secrétaire d’État au numérique. Le premier n’avait d’ailleurs pas hésite à dénoncer du travail de cochon et le second un gâchis au regard du travail accompli.

Rolin Cranoly, le maire de Gagny, en Seine-Saint-Denis, a décidé de prendre le taureau par les cornes. Ce mercredi 20 janvier 2021, l’élu a ainsi pris un arrêté obligeant à signaler à la mairie toute intervention au niveau des armoires fibre optique de la commune. Un formulaire en ligne est disponible en ligne. Les intervenants disposent aussi d’un numéro de téléphone et d’une adresse e-mail dédiée.

Le maire estime “qu’il lui revient de fixer des règles plus restrictives de vigilance sur ces équipements situés sur l’espace public et pour lesquels toute dégradation représente un trouble à l’ordre public et au respect des usagers”. Et de pointer du doigt “une perte de réseau inacceptable pour les administrés soumis au télétravail durant la crise sanitaire, les étudiants confrontés à l’enseignement en distanciel, ou souvent oubliés, les seniors connectés à une téléassistance en cas de chute ou de malaise”.

Pas vraiment le choix. “Cette nouvelle démarche, fait suite à l’incapacité des opérateurs de télécommunication à fournir un accès fiable à la fibre et celle de l’ARCEP à faire respecter leurs obligations à ces mêmes opérateurs”, indique en effet la mairie. Mais quid de ceux qui ne respecteront pas la nouvelle règle ? La mairie indique qu’“en cas de non-respect de cette obligation, les opérateurs pourront être punis d’une amende”