La chasse est ouverte : l’Arcep veut en finir avec les sous-traitants travaillant “comme des cochons” et demande aux opérateurs de “faire la police”

La chasse est ouverte : l’Arcep veut en finir avec les sous-traitants travaillant “comme des cochons” et demande aux opérateurs de “faire la police”

L’Arcep demande aux opérateurs de “faire la police” pour en finir avec les “plats de nouilles” au niveau des armoires de raccordement. Dans le viseur du gendarme des télécoms : les sous-traitants travaillant “comme des cochons”.

En marge de la présentation des chiffres sur le secteur des télécoms, Sébastien Soriano, le président de l’Arcep, a abordé le sujet des “plats de nouilles”, ces branchements “sauvages” au niveau des armoires de raccordement. Résultant de sous-traitants peu scrupuleux et trop répandue à son goût, la pratique complique les raccordements aux opérateurs, mais elle se traduit également par des débranchements d’abonnés qui perdent ainsi leur connexion au moment de raccordements d’autres. Celle-ci pénalise donc autant les opérateurs que les abonnés.

Pour Sébastien Soriano, la situation ne peut pas durer. Planchant sur le sujet depuis plusieurs mois, le gendarme des télécoms pointe d’ailleurs autant du doigt certains sous-traitants travaillant “comme des cochons”, que les opérateurs qu’il accuse “de ne pas avoir suffisamment surveillé leurs sous-traitants” et auquel il demande désormais de “faire la police” pour écarter les brebis galeuses. “Un sous-traitant qui travaille comme un sagouin pourra être déréférencé”, promet Sébastien Soriano.

Source : Le Figaro