Raccordements fibre optique : l’Arcep lance une consultation publique pour mettre en lumière les problèmes rencontrés sur le terrain

Raccordements fibre optique : l’Arcep lance une consultation publique pour mettre en lumière les problèmes rencontrés sur le terrain

À l’heure où la technologie est déployée à tour de bras, l’Arcep se penche sur la fibre optique. Le gendarme des télécoms interroge en effet les acteurs du secteur sur les problématiques rencontrées, incluant notamment la qualité des travaux réalisés. Il s’agit de pérenniser l’énorme chantier dans lequel s’est lancé le pays.

Les dents ont récemment grincé du côté du gouvernement, mais également du côté du régulateur. En cause : le travail bâclé de certains sous-traitants du secteur de la fibre optique. Cédric O, secrétaire d’État au Numérique, déplorait un gâchis au regard du travail accompli. Sébastien Soriano, président de l’Arcep, n’avait quant à lui pas mâché ses mots en parlant de “travail de cochons”. Bref, pas question à leurs yeux de déployer à tour de bras en oubliant l’aspect qualité.

Mettre en lumière les problématiques

En milieu de semaine dernière, l’Arcep a lancé une consultation publique pour laquelle les réponses sont attendues jusqu’au 4 mars 2021 à 18h00. L’objectif affiché : mettre en lumière les “problématiques relatives à la réalisation des raccordements finals”. La qualité du travail est évidemment abordée.

La consultation porte ainsi sur cinq grandes thématiques liées aux raccordements finals :

-  La qualité de réalisation des raccordements finals

-  Les conditions économiques et financières de la réalisation des raccordements finals dits “standards” en zone d’initiative privée

-  Les raccordements “hors cas standards”, c’est-à-dire ceux aujourd’hui délaissés par les acteurs et qui donnent lieu à un “échec raccordement” sans suite

-  Les pratiques de tarification mises en oeuvre par les opérateurs

-  La tarification des raccordements en zone d’initiative publique, qui n’est pas nécessaire fondée sur ses coûts de réalisation, mais vise au premier chef à reproduire les conditions économiques de la zone d’initiative privée

L’autorité administrative précise qu’elle sera transparente et publiera ainsi “l’intégralité des réponses qui lui auront été transmises, à l’exclusion des parties couvertes par le secret des affaires”. Les contributions contenant de tels éléments devront ainsi faire l’objet de deux versions, “une version publiable” et “une version confidentielle”

Un livre blanc pour les acteurs de la filière

En début de mois, la filière fibre optique a annoncé le lancement d’un guide opérationnel s’adressant aux professionnels du secteur. Celui-ci sera disponible dans des versions papier et PDF, mais existera aussi dans une version numérique interactive attendue début 2021.

Présentée lors de l’événement annuel d’Objectif Fibre, organisé le 8 décembre en présence de près de 350 participants issus de la filière, du gendarme des télécoms et de l’Agence Nationale de la Cohésion des Territoires, cette sorte de bible du technicien fibre optique distille “de bonnes pratiques et des conseils pour une montée en compétence de la filière”. Prenant comme exemples “des solutions concrètes répondant aux divers cas de figure rencontrés sur le terrain par les techniciens et permettant d’éviter les complications et surcoûts qui peuvent impacter les relations entre les acteurs impliqués”, le document de 144 pages insiste sur la nécessité de “bien faire dès la première fois”. Le volet formation n’a pas été oublié, afin d’accompagner la montée en compétentes des techniciens.