Antenne-relais : Free sur un terrain glissant

Antenne-relais : Free sur un terrain glissant

En plus de craindre l’exposition aux ondes, les répercussions sur la valeur de l’immobilier et l’impact esthétique, des riverains s’interrogent sur la stabilité du terrain où va être implanté un pylône pour la 4G et la 5G de Free Mobile.

Levée de boucliers à Fleury-la-Vallée, dans l’Yonne. Une partie des habitants du village s’oppose en effet à l’implantation d’un pylône de téléphonie mobile d’une hauteur de 42 mètres devant servir à la 4G de Free, mais également à la 5G de l’opérateur. Une pétition a été mise en ligne. Celle-ci a recueilli près de 180 signatures sur les 1 100 âmes que compte Fleury-la-Vallée.

Les opposants manifestent leurs craintes face à l’exposition aux ondes et à l’atteinte esthétique. “Quand on a de forts doutes sur une technologie, on a le choix entre protéger les populations par un principe de précaution, en attente d’en savoir plus. Ou l’imposer aux populations au mépris des risques encourus”, estime Pascal Paquin, membre de l’association de sauvegarde de l’environnement de Fleury-Vallée. “Il y a des risques, des dangers électromagnétiques. Mon épouse devient de plus en plus électrosensible avec tous les appareils connectés qu’on a dans la vie de tous les jours. Et en plus il y a la vue ! Le visuel, ce n’est pas très joli”, déplore Didier, qui habite à 150 mètres du site. L’impact sur la valeur de l’immobilier à proximité est également évoqué. “Je me suis renseignée, il y a une perte réelle de la valeur des biens immobiliers, notamment pour les maisons qui sont à proximité de l’antenne. Ça peut représenter de 20 à 30%. C’est énorme. Et c’est une véritable catastrophe”, s’inquiète une voisine de Didier.

Mais ce n’est pas tout puisque les opposants soulignent l’instabilité du terrain proche du village devant justement accueillir la dalle de béton sur laquelle prendra place l’imposant pylône. La dalle de béton doit en effet se retrouver sur un terrain à flanc de colline, non loin du village. Pascal Paquin explique les craintes : “On est sur un sol argileux, donc instable. Et c’est une masse très importante avec le volume de béton et l’antenne. Il y a donc un motif tout à fait local autour de cette question du sol”.

Source : France Bleue