Orange : pour son patron, 100 % de fibre en France, “ça n’arrivera jamais”

Orange : pour son patron, 100 % de fibre en France, “ça n’arrivera jamais”

Si le gouvernement a comme objectif la généralisation de la fibre optique, afin d’en faire un service universel au même titre que l’eau et l’électricité, le patron d’Orange reste perplexe, surtout face aux fameux 100 % d’ici 2025.

“Ça n’arrivera jamais”, a lâché Stéphane Richard, lors de l’Université de THD qui s’est déroulée les 20 et 21 octobre derniers. L’objectif 100 % fibre que s’est fixé le gouvernement à l’horizon 2025, le patron d’Orange n’y croit pas. Ou du moins reste-t-il dubitatif face à l’évolution de la sémantique (généralisation, puis 100 %) sur fond d’une crise sanitaire ayant montré la nécessité d’avoir une connexion performante.

Ce n’est pas l’idée, mais la manière, qui fait aussi tiquer Stéphane Richard. Le patron d’Orange est pour “une mécanique de fonds financé par les opérateurs, pour tendre vers un standard défini qui serait une sorte de service universel”, mais pas vraiment convaincu par “la mécanique actuelle, qui consiste pour le régulateur à désigner un opérateur du territoire comme en charge du service universel”. Et d’ajoute, perplexe : “Je ne vois pas comment cela pourrait marcher”.

La fibre est nécessaire pour la fermeture du cuivre

En face, Cédric O a rétorqué avec ironie qu’“on ne tirera pas la fibre jusqu’au dernier éperon rocheux”. Mais surtout le secrétaire d’État n’a pas manqué de rappeler que le fibrage massif du territoire était une condition sine qua non pour la fermeture du réseau cuivre (dont, rappelons-le, les modalités ne mettent pas tout le monde d’accord). “Je m’opposerai toujours à la fermeture du cuivre tant qu’on n’est pas certain que 100% des gens peuvent avoir la fibre dans une zone”, a-t-il indiqué. “Ce n’est pas possible qu’on n’arrive pas au 100% fibre, parce qu’un jour on va éteindre le cuivre”, a insisté Cédric O. Rappelons que la fermeture du réseau cuivre est prévue pour 2030.

Cédric O a également rappelé l’enveloppe de 240 millions prévue dans le plan de relance et allouée à la filière fibre optique. Il a également souligné la réouverture des négociations avec les collectivités et des arbitrages dans les semaines à venir pour que l’objectif soit “inscrit en engagements et en planifications, d’ici la fin de l’année”. Le gouvernement accompagne les opérateurs dans ce challenge et le secrétaire État a visiblement jugé bon de le rappeler. Surtout avec la seconde partie du chantier s’annonçant plus compliquée.

Source : DegroupTest