La Commission antitrust pourrait forcer Google à vendre Chrome

La Commission antitrust pourrait forcer Google à vendre Chrome

Le gouvernement américain veut forcer Google à vendre Chrome, le navigateur web le plus utilisé au monde. Un monopole qui fait grincer des dents.

La Commission antitrust qui s’est déroulée au Congrès américain la semaine dernière a mis en avant les GAFA. Ces derniers s’attirent les foudres du congrès qui préconise le démantèlement des GAFA. Les conclusions du rapport écrit par la commission font état d’un monopole écrasant et antidémocratique de la part de Google, Apple, Facebook et Amazon.

Google est le premier à se voir inquiété par des poursuites judiciaires qui devraient démarrer incessamment sous peu. Le modèle économique de la firme de Mountain View est jugé problématique à cause des méthodes utilisées et ne donnant aucune chance aux autres concurrents concernant Google Chrome et ses outils publicitaires.

Depuis son lancement en 2008, le navigateur de Google a su se faire sa place jusqu’à devenir le navigateur web le plus utilisé à travers le monde. Selon les autorités américaines, Google utilise les données de ses utilisateurs comme l’historique, les recherches ainsi que l’activité sur Chrome afin de développer ses outils publicitaires. Laissant peu, voire aucune chance à ses concurrents. Ce qui a amené les procureurs américains à évoquer la possibilité de forcer Google à vendre Chrome. Autre inquiétude, celle de la suppression des cookies tiers sur le navigateur le plus connu au monde. Malgré un système de remplacement évoqué par Google, le désavantage causé à ses rivaux sera toujours de mise et les avantages bénéficieront largement à Google.

« Le modèle commercial de Google basé sur la publicité peut amener à se demander si les normes qu’elle choisit d’introduire sont en fin de compte conçues principalement pour servir ses propres intérêts. Les acteurs du marché s’inquiètent du fait que, même si Google supprime progressivement les cookies tiers dont ont besoin les autres sociétés de publicité numérique, Google peut toujours se fier aux données recueillies dans l’ensemble de son écosystème », déclare une commission de la Chambre des représentants.

Au travers des années, Google a su se doter d’outils publicitaires puissants, avec le rachat de nombreuses sociétés comme : DoubleClick, InviteMedia, Admob ou encore AdMed. Il se pourrait que la justice américaine demande à ce que le géant américain se sépare de ces acquisitions.

Android est également dans le collimateur des autorités. Il semblerait que Google s’en serve pour appuyer encore plus le monopole de son navigateur web. Le ton est donné, et Google doit se préparer à l’éventualité qu’on le force à vendre son navigateur. Il représenterait le premier démantèlement depuis plusieurs décennies d’une entreprise américaine sous le couvert de la justice.

Source : siecledigital